La latence, un des arguments phares de la 5G de demain, expliquée par Orange

La latence, un des arguments phares de la 5G de demain, expliquée par Orange

La latence ultra réduite fait partie des atouts de la 5G mis en avant par les opérateurs. Mais que désigne ce terme ?

La 5G est présentée avec plusieurs arguments, dont une meilleure efficacité énergétique, de plus gros débits et une latence plus faible. Au travers d’une courte vidéo, Orange annonce une latence divisée par 5 à 10 par rapport à la 4G. Un gain qui vaudra lors du passage à une 5G autonome (avec un coeur de réseau 5G et non un coeur de réseau 4G comme actuellement), celle que l’on attend comme la “vraie 5G”.

Mais l’opérateur historique revient surtout sur la notion, pas aussi évidente que celle de débit pour tous les utilisateurs. Le terme définit donc le temps s’écoulant entre l’émission de l’information et sa bonne réception. Cette donnée a donc un impact en termes de réactivité. Plus elle est faible, plus le réseau permet à l’application l’utilisant de réagir rapidement.

D’où la nécessité d’avoir un temps de réponse le plus réduit possible pour des usages tels que la voiture connectée, l’industrie connectée ou la télémédecine. De tels usages réclament en effet une communication en quasi temps réel. Imaginez par exemple la détection d’un obstacle et la voiture réagissant avec un peu de décalage. C’est plus dommageable que dans le cas d’un jeu en ligne. Ces nouveaux usages devront ainsi attendre la vraie 5G qui n’émergera d’ailleurs pas avant 2023