L’Hadopi se moque des sites illicites , “on a tous une bonne raison d’arrêter de pirater”

L’Hadopi se moque des sites illicites , “on a tous une bonne raison d’arrêter de pirater”

Face aux pirates, l’Hadopi adopte l’humour. En partenariat avec le CNC, la haute autorité de régulation de l’audiovisuel lance une campagne de sensibilisation, tournant en dérision les sites pirates.

La moquerie pour vanter l’offre légale, il fallait y penser. Loin de la culpabilisation des utilisateurs de sites illégaux de streaming, l’Hadopi lance une nouvelle campagne de communication se résumant simplement : “on a tous de bonnes raisons d’arrêter de pirater“.

Le principe est simple : se moquer de la piètre qualité des sites illégaux, tant au niveau du player, des publicités invasives ou des risques de malwares… Avec beaucoup de dérision. En partenariat avec le CNC, l’autorité administrative a ainsi fait appel à des personnalités publiques pour tourner trois spots tv, racontant leurs déboires avec le piratage. Tomber sur une version québécoise, les lags du streaming… Des problèmes bien connus des adeptes de KazaA ou eMule à leur grande époque.

Sur son site “https://campagne.hadopi.fr/“, différentes affiches amusantes ont été réalisées, avec un slogan assez percutant. “Dans un film d’horreur piraté, ce qu’il y a de vraiment horrible, c’est la qualité“, “au moins, en streaming légal, la mauvaise qualité d’un film ne dépend que du film.“… et bien d’autres. Opter pour l’humour plutôt qu’un message anxiogène note un sacré virage dans la prévention. Souvenons-nous du spot en ouverture sur tous nos DVD, au montage épileptique avec le message moralisateur “le piratagen c’est du vol”…

Mais le but de ce site n’est pas uniquement de faire rire et de sensibiliser. En effet, deux outils sont également mis à disposition, avec un moteur de recherche d’offre légale réalisé par l’Hadopi, et un autre réalisé par le CNC. De quoi trouver une alternative pour les français encore adeptes du piratage par défaut, et qui cherchent à se ranger. Même si cela ne résout pas un problème bien connu : la fragmentation de l’offre légale, avec des services de plus en plus nombreux. En effet, d’après le baromètre de l’offre légale de l’autorité administrative indépendante, 87% des consommateurs sont satisfaits par les services d’offre légale. Il reste à voir comment la campagne sera accueillie…