Addiction aux smartphones : 89% des interactions sont spontanées selon une nouvelle étude

Addiction aux smartphones :  89% des interactions sont spontanées selon une nouvelle étude

Une étude datant de 2019 sur l’addiction aux smartphones mettait en cause les notifications. Une nouvelle analyse vient apporter une autre réponse à ce qui entraîne cette dépendance.

La London School of Economics and Political Science (LSE) a mené récemment une étude ciblant 37 individus âgé en moyenne de 25 ans, vivant au Royaume-Uni, en France et en Allemagne.

Celle-ci révèle que 89% des interactions avec les téléphones sont spontanées, avec seulement 11% répondant à une alerte, les notifications ne seraient donc pas la première cause. L’interaction est “en grande partie causée par une envie de l’utilisateur d’interagir avec son téléphone qui semble se produire de manière presque automatique, tout comme un fumeur allumerait une cigarette”.

Pour mener cette recherche, les participants ont été équipés d’une caméra portable filmant leur quotidien à la première personne. 200h de séquences à la première personne et d’interviews d’autoconfrontation avec 1130 interactions uniques avec un smartphone, ont été analysées.

Il en ressort que de nombreuses interactions avec un smartphone sont inconscientes de la part des utilisateurs. Ces derniers ont interagi en moyenne toutes les 5 minutes avec leur appareil, peu importe le contexte. “Je ne me considérerais pas comme quelqu’un qui n’est pas très attaché à son téléphone”, a confié un participant. “Mais voir cela m’a fait comprendre que je ne me souviens même pas l’avoir ramassé. Je pense que je l’utilise beaucoup plus que je ne me laisse croire”.

L’étude a également mis en avant les applications les plus utilisées malgré l’absence de notifications. En première place WhatsApp avec 22% d’utilisations, en seconde place avec 17% ce n’est pas une application, mais le simple fait de prendre son smartphone et de vérifier si aucune notification n’est présente. Suivi par Instagram avec et 16% et Facebook avec 13%. En bas de la liste la boite Email représentée 6% des utilisations spontanées et les appels avec seulement 1%.

Le Dr Linda Kaye du département de psychologie de l’Université Edge Hill à d’ailleurs indiquer que davantage de recherches doivent être menées pour mieux comprendre les interactions avec les smartphones sont liées à ” l’exécution d’une fonction spécifique ou simplement à la réalisation d’une habitude.”

 

Source : BBC