Google : 165 concurrents réclament une action forte de la part de l’Union Européenne

Google : 165 concurrents réclament une action forte de la part de l’Union Européenne

Une coalition s’est formée pour faire face à Google, interpellant la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager jeudi dernier.

Trop, c’est trop. Une alliance de 135 compagnies et 30 associations industrielles dénoncent la concurrence déloyale de Google et demandent à l’UE une action forte contre le géant américain. Une rengaine bien connue : ce n’est pas la première fois que la firme de Mountain View est accusée de favoriser ses propres services dans les résultats de son moteur de recherche.

Dans une lettre adressée à Margrethe Vestager dévoilée par Reuters, la coalition explique que «  Google profite d’avantages injustifiés en traitant de façon préférentielle ses propres services dans ses pages de résultats de recherche générale, qui affichent diverses formes de résultats de recherche spécialisés et groupés, appelés OneBoxes  » . Il s’agit ici d’encarts affichés par Google en haut de page complétant les résultats d’une recherche et proposant… ses propres services. Google Flight pour un avion par exemple. A noter qu’en France, les OneBoxes sont complétées par des raccourcis vers des sites concurrents.

De quoi retenir les utilisateurs au sein de son écosystème et éviter que ces derniers aillent voir ce que fait la concurrence estime le groupe. Ainsi, les différents groupes britanniques, américains et européens constituant cette alliance demandent à lUE de forcer Google à proposer des OneBox incluant des offres de plateformes autres que les siennes.

Google pour sa part, garde son calme et explique tout simplement : «  Les gens attendent de Google qu’il leur fournisse les résultats de recherche les plus pertinents, des résultats de haute qualité auxquels ils peuvent faire confiance. Ils ne s’attendent pas à ce que nous préférions certaines entreprises ou certains rivaux commerciaux à d’autres, ni à ce que nous cessions de lancer des services utiles qui offrent plus de choix et de concurrence aux Européens » . La posture habituelle pour le géant californien.

La lettre a bien été reçue par la Commission européenne, qui a déclaré qu’une réponse sera donnée en temps utile.