Quand Free veut déployer la fibre plus vite en investissant dans un RIP

Quand Free veut déployer la fibre plus vite en investissant dans un RIP

En lançant récemment ses offres fibre sur le RIP de Gers Numérique, Free a également fait une entrée financière sur le premier réseau FTTH d’Occitanie. Assez rare pour le noter.

A fond les manettes sur la fibre, Free a officialisé le 5 novembre dernier l’arrivée de ses offres FTTH auprès des foyers desservis par le RIP Gers Numérique, premier réseau fibre d’Occitanie. Si aujourd’hui l’opérateur est présent sur près de trente réseaux d’initiative publique au quatre coin de la France, celui du Gers revêt pour lui un caractère particulier.

Passé presque inaperçue, une information s’est glissée la semaine dernière dans le communiqué de l’opérateur de Xavier Niel, “Free se réjouit d’être un partenaire durable en cofinançant les investissements Fibre sur le réseau de Gers Numérique”.

C’est la première fois que l’opérateur annonce investir dans un RIP, même si les financements privés sont monnaies courantes sur ce genre de réseau. Cette fois, Free ne loue pas les infrastructures mais les finance en partie, en fonction de l’évolution de ses parts de marché, a révélé Philippe Martin, le président du conseil départemental du Gers dans les lignes de La Dépêche.

“Ce partenariat amène du cash très rapidement, on parle d’enjeux financiers très importants”, a pour sa part ajouté le président de Gers Numérique, Jean-Claude Salers. L’engagement ici est de 20 ans, reconductible une fois sur la même durée pour un investissement global est de près de 100 millions d’euros.

Premier opérateur alternatif à débarquer sur ce RIP, Free “souhaite déployer le plus vite et le plus loin possible y compris dans les habitats isolés”, a affirmé Thomas Reynaud, directeur général d’Iliad. Plus de 23 000 logements répartis sur plus de 25 communes sont d’ores et déjà éligibles à la Fibre Free. L’objectif est d’atteindre 60 000 logements début 2021. Avec actuellement 10 000 abonnés Freebox en fibre dans le département, le FAI souhaite doubler sa présence d’ici 18 mois.