Free Ligue 1 Uber Eats compterait plus d’adeptes que Téléfoot

Free Ligue 1 Uber Eats compterait plus d’adeptes que Téléfoot

Si le gratuit attire plus que le payant, Free Ligue 1 Uber Eats recense aujourd’hui plus d’utilisateurs que Téléfoot, défaillant et en plein conflit avec la LFP.

S’il se présente comme complémentaire à Téléfoot et non comme un rival, Free compte aujourd’hui plus d’utilisateurs sur son service 100% Ligue 1 et ses extraits de tous les matchs en quasi-direct que la chaîne de Mediapro, premier diffuseur de la compétition, mais aussi de la Ligue 2 et de la Ligue des Champions cette saison en co-diffusion avec RMC Sport.

Gratuit depuis son lancement pour plus de visibilité et en attendant d’être totalement au point, Free Ligue 1 Uber Eats avance avec plus de 500 000 utilisateurs, un pallier passé lors de la 4ème journée et visiblement stable depuis, selon les informations de Challenges (version papier). Prochainement, l’opérateur commencera à monétiser son média afin de faire fructifier ses droits TV acquis jusqu’en 2024 pour moins de 50 millions d’euros par an.

De son côté, Téléfoot compterait aujourd’hui au mieux 500 000 abonnés selon RMC, ou peut-être moins encore selon RTL, à savoir seulement 278 000 abonnés, loin très loin de son objectif de 3,5 millions d’abonnés pour être rentable.

Côté abonnement chez Téléfoot, la question revient une nouvelle fois sur la table, qui est prêt à débourser aujourd’hui 25€/mois pour regarder la Ligue 1, qui plus est dans le contexte actuel, surtout si la chaîne est amenée à disparaître prochainement.

Depuis une semaine, Mediapro refuse de payer sa deuxième traite de 172 millions d’euros et souhaite renégocier le prix à la baisse des droits TV avec la Ligue, laquelle a pris les devants en souscrivant un emprunt. Prise au piège, la LFP riposte ce matin en mettant en demeure Mediapro de payer. Le torchon brûle donc entre les deux acteurs, ce conflit pourrait même aboutir à la rupture du contrat les liant, soit 814 millions d’euros annuels entre 2020 et 2024. La menace de la faillite de Mediapro semble présente et celle de la Ligue 1 aussi. Si personne ne s’abonne à Téléfoot, c’est la chute assurée pour lui. A côté, Free se présente aujourd’hui comme une réelle alternative avec un produit intéressant et une manière de consommer le foot différente, en marche pour chambouler à l’avenir un marché en pleine évolution.