Déploiement 4G : le patron d’Orange tacle Bouygues Telecom, “avant de demander à en faire plus, il faut déjà faire ce qui était prévu”

Déploiement 4G : le patron d’Orange tacle Bouygues Telecom, “avant de demander à en faire plus, il faut déjà faire ce qui était prévu”

Face aux propositions de Bouygues Telecom d’un nouveau New Deal mobile pour accélérer le déploiement de la 4G, le patron d’Orange n’est pas convaincu.

Alors que le débat sur l’utilité de la 5G est encore en cours parmi les opérateurs, celui qui l’a lancé a proposé une extension du New Deal Mobile pour améliorer la couverture en zone rurale. Pour Stéphane Richard, la proposition n’a pas vraiment d’intérêt dans le contexte actuel. 

Bouygues Telecom estime en effet que la 5G peut attendre 6 mois, ce qui n’est pas le cas de 4G. Ainsi, début juin, le directeur général de l’opérateur militait pour repousser les enchères de la 5G au profit d’une extension du New Deal mobile, en accord avec Free, SFR et Orange, pour déployer plus de pylônes mutualisés et ainsi accélérer la couverture 4G en France.

Une proposition qui n’intéresse pas Stéphane Richard, qui explique dans Les Echos juger le New Deal mobile actuel “largement dimensionné pour une amélioration substantielle du service dans les territoires ruraux“. 5000 pylônes à installer, répartis entre les quatre opérateurs, c’est assez pour Orange qui “pour sa part, sera à l’heure“. Pour le patron d’Orange, cette proposition n’a pas vraiment de sens tant que le premier New Deal n’est pas respecté. “Avant de demander à en faire plus, il faut déjà faire ce qui était prévu“, cingle-t-il . 

Une pique à demi-mot qui pourrait ne pas être au gout de l’opérateur de Martin Bouygues. En effet, ce dernier avait brandi la menace judiciaire face à tout concurrent qui sous-entendrait un retard de sa part dans la 4G. Didier Casas, le directeur général, avait très clairement exprimé la position de Bouygues Telecom à ce sujet : “nous ne sommes pas plus en retard que les autres et nous n’hésiterions pas à attaquer en justice ceux qui propageraient des informations mensongères”. Il y a de l’eau dans le gaz chez les opérateurs.

Pas d’accord avec Bouygues sur ce sujet, donc, ni sur la 5G . Orange a également glissé une pique aux opérateurs frileux concernant le déploiement de la nouvelle génération de téléphonie mobile. Il l’estime pour sa part nécessaire, ne serait-ce que pour augmenter la capacité des réseaux télécoms.