Couverture 4G : certains opérateurs n’ont pas joué le jeu pendant la crise

Couverture 4G : certains opérateurs n’ont pas joué le jeu pendant la crise

Si les opérateurs ont tous pris du retard pour installer des antennes-relais en zones blanches pendant la crise, certains en ont profité pour ne pas faire d’efforts.

Gare aux tire-au-flancs. Alors que la pandémie à ralenti le déploiement de nouveaux sites mobiles, notamment en zone blanche, elle n’explique pas tout et certains opérateurs n’auraient pas voulu jouer le jeu.

Le confinement a mis en avant la nécessité d’accéder à une bonne connexion internet, tant mobile que fixe et donc l’importance de déployer les réseaux télécoms dans les zones dépourvues d’installations. Avec le New Deal Mobile, accord signé entre les opérateurs et le Gouvernement, les opérateurs ont ainsi contracté des engagements à ce sujet. Cependant, d’après les informations de la Tribune, tous les opérateurs accusent des retards à ce niveau. Si la crise peut en excuser une partie, d’après une source proche du dossier, “certains opérateurs ne jouent pas vraiment le jeu

Une relâche qui empêche ainsi certains habitants de zones rurales d’accéder au réseau mobile, qui va à l’encontre des engagements contractés pendant le New Deal et qui expose les mauvais élèves à des sanctions de l’Arcep. Le régulateur des télécoms veille d’ailleurs au grain et son président Sébastien Soriano avait déjà affirmé qu’il ne voulait pas “accepter n’importe quel retard justifié par la crise” , ce qui avait déclenché la colère de la Fédération Française des Télécoms. Le gendarme quant à lui lèvera le voile d’ici la fin du mois sur le respect des obligations de déploiement des opérateurs.