La CNIL donne son feu vert à StopCovid, l’application pourrait être lancée dès ce week-end

La CNIL donne son feu vert à StopCovid, l’application pourrait être lancée dès ce week-end

 

Avant dernière étape de franchie pour StopCovid, la CNIL vient de donner son feu vert malgré des améliorations à apporter. Le parlement doit encore se prononcer mercredi et jeudi. En cas d’approbation, l’application pourrait être disponible ce week-end sur Android et iOS.

Considérée comme un geste barrière supplémentaire en complément du dispositif global, l’application StopCovid est sur la rampe de lancement deux mois après l’annonce du projet par le secrétaire d’Etat au numérique. Cédric O s’est dit hier prêt à déployer dès ce week-end cet outil de traçage permettant d’informer une personne d’un contact avec un individu diagnostiqué positif au Covid-19 dans les jours précédents. Reste que l’application doit être présentée demain à l’Assemblée Nationale et jeudi au Sénat. “Cela étant dit, si le Parlement devait s’opposer au déploiement de StopCovid, l’application ne serait pas déployée”, a fait savoir hier le secrétaire d’Etat dans une interview accordée au Figaro. C’est l’étape ultime pour l’application qui depuis plusieurs semaines fait couler beaucoup d’encre en matière d’utilité et de protection de la vie privée.

La CNIL dit oui à StopCovid

“Raisonnablement confiant”, Cedric O peut depuis ce matin s’appuyer sur la CNIL. La Commission nationale de l’informatique et des libertés vient en effet de rendre un avis favorable à son déploiement. 

“L’application utilisera des données pseudonymisées, sans recours à la géolocalisation, et ne conduira pas à créer un fichier des personnes contaminées. La CNIL constate que ses principales recommandations ont été prises en compte et estime ainsi que ce dispositif temporaire, basé sur le volontariat, peut légalement être mis en œuvre”, fait-elle savoir ce matin dans son avis.

La commission a toutefois formulé plusieurs recommandations complémentaires comme l’amélioration de l’information fournie aux utilisateurs, “en particulier s’agissant des conditions d’utilisation de l’application et des modalités d’effacement des données personnelles.” Mais aussi la nécessité de délivrer une information spécifique pour les mineurs et les parents des mineurs. La CNIL appelle aussi le gouvernement à confirmer dans le décret à venir “un droit d’opposition et à l’effacement des données pseudonymisées enregistrées”, ainsi que donner le libre accès à l’intégralité du code source de l’application mobile et du serveur.

Initialement prévue pour le 2 juin, StopCovid pourrait donc faire son apparition dès ce week-end sur le Google Play store et l’App Store d’Apple. L’application a été testée sur une centaine de smartphones, de 17 marques différentes. Les premières images de son interface ont été dévoilées hier. L’utilisation semble être un jeu d’enfant.