Nokia 6.2 : le smartphone disponible dans la boutique de Free testé par Univers Freebox

Nokia 6.2 : le smartphone disponible dans la boutique de Free testé par Univers Freebox

Univers Freebox a pu tester le smartphone Nokia 6.2 récemment arrivé dans la boutique de Freebox Mobile. Voici ainsi nos impressions après plusieurs jours en sa compagnie.

Avant de passer à ce test, voici un rappel des principales caractéristiques du Nokia 6.2 qui nous a été prêté par la marque et qui s’affiche à 199 euros chez Free Mobile avec 4 Go de RAM et 64 Go de stockage :

 


Fiche technique du Nokia 6.2 : les caractéristiques


-   Processeur : octa-core jusqu’à 1,8 GHz (chipset Snapdragon 636)

-   Mémoire vive : 3 ou 4 Go


-   Écran : dalle IPS 6,3 pouces avec une définition Full HD+ (2 340 x 1 080 pixels)

-   Audio : son produit par un haut-parleur dans la tranche inférieure

-   Stockage : 32, 64 ou 128 Go en eMMC 5.1 extensible par carte MicroSD (emplacement dédié)


-   Deux logements Nano-SIM accessibles depuis un tiroir de la tranche gauche

-   Compatibilité 4G : support des bandes B1, B3, B5, B7, B8, B20, B28, B38, B40, B41

-   Compatibilité 5G : non


-   Triple capteur photo au dos : 16 + 8 + 5 Mégapixels (bloc circulaire au centre)

-   Capteur photo à l’avant : 8 Mégapixels (dans une encoche goutte d’eau)


-   Prise casque 3,5 millimètres : oui (tranche supérieure)

-   Connectique de charge : USB-C (dans la tranche inférieure)

-   Support Wi-Fi : 802.11 b/g/n/ac

-   Connectivité Bluetooth : version 5.0

-   Support NFC : oui


-   Batterie : 3 500 mAh non amovible

-   Recharge filaire : bloc 10 Watts (5V/2A) fourni

-   Recharge sans-fil : non


-   Système d’exploitation : Android 10 (mise à jour installée en début de test)


-   Solutions de déverrouillage : lecteur d’empreintes au dos ou reconnaissance faciale avec le capteur photo frontal

-   Patchs de sécurité installés durant notre test : mai 2020


 

Un smartphone agréable en main

 

En termes de design, le Nokia 6.2 joue la carte de la simplicité et il faut admettre que c’est plutôt joli à regarder. Sauf peut-être quand la poussière et les traces de doigt s’en mêlent. Oui, ce smartphone se révèle vite salissant.

En main, les lignes arrondies, la largeur contenue et la grande finesse rendent le smartphone facile à tenir, même pour les petites mains. Glissé dans la poche d’un short lors d’un petit footing, le smartphone s’est même fait oublier.

Deux choses nous en revanche dérangés durant nos tests. La première, c’est le côté glissant. Nous l’avons ressenti en main, mais nous nous en sommes également rendu compte en entendant quelques “plaf !” inattendus, heureusement depuis des petites hauteurs et sur du lino.

La seconde, c’est ce bloc photo circulaire un peu imposant au dos, qui dérangeait notre index durant nos sessions de jeu ou de vidéo. Pas de souci en revanche avec ce bloc photo lors de l’utilisation avec le smartphone posé sur la table, du fait d’un bloc large et centré.

 

Un écran qui fait le boulot, mais un son vraiment moyen

 

Bon rendu des couleurs, bonne luminosité et bons angles de vision, l’écran n’a rien d’extraordinaire et fait simplement ce qu’on attend de lui. 

Le son se révèle par contre assez décevant. On s’en satisfera pour une écoute d’appoint, mais on appréciera vraiment de connecter une enceinte Bluetooth. 

Même topo pour les écouteurs filaires fournis. Aucun plaisir d’écoute. On les remettra vite dans la boîte. D’ailleurs, la connexion passe par une prise audio 3,5 millimètres.

 

Une photo acceptable

 

Le Nokia 6.2 n’excelle pas en photo, mais offre quelque chose de très satisfaisant pour un smartphone à petit prix. Ce smartphone permettra quelques clichés pour les réseaux sociaux ou quelques photos souvenirs. Ce n’est pas lui en revanche que vous sortirez pour les gros événements type mariage. Il y a juste ce mode nuit un peu surprenant la première fois. Avec le contraste trop élevé, il fait penser en effet à un filtre comme on en trouve dans certains applications. On aime, ou pas.

Ci-dessous, une photo en extérieur, puis sa version ultra grand-angle et zoom x3 :
Une photo en extérieur, puis sa version ultra grand-angle :

Un sujet rencontré par hasard qui avait un peu la bougeotte, mais qui a bien voulu prendre la pause :

Une photo en extérieur (“mais m’sieur, je n’avais pas vu le panneau”) :

Une photo en intérieur avec un effet de flou :

Des photos de nuit en extérieur, avec leurs versions corrigées par le mode nuit :

Des selfies en extérieur et depuis la salle de rédaction :

 

Un smartphone compatible B28

 

Le Nokia 6.2 s’annonce compatible B28, gérant ainsi la 4G 700 MHz chère à l’opérateur de Xavier Niel. Le confinement a évidemment limité nos tests de débit. 

Ci-dessous, des résultats obtenus en extérieur :

 

Puis un test en intérieur :

 

Le jeu, ça va être un peu chaud !

 

Le chipset Snapdragon 636 nous a permis de jouer avec fluidité et sans saccades à Asphalt 9 et Call of Duty Mobile. En moins, nous avons rapidement senti que le smartphone était poussé dans ses retranchements avec une chauffe pas dramatique, mais un poil agréable.

Pour ceux qui aiment les benchmarks, AnTuTu positionne le Nokia 6.2 juste au-dessous d’un Galaxy A8 2018 et non loin d’un Redmi Note 5. Disk Speed indique de son côté des pointes à 183 Mo/s en écriture et 282 Mo/s en lecture pour la mémoire interne.

 

 

Un peu plus d’une journée d’autonomie

 

Lors d’échanges avec HMD Global, la société qui gère les smartphones Nokia, il nous a été indiqué que la philosophie de la marque est d’assurer la journée d’autonomie, sachant que les smartphones sont rechargés la nuit. Avec sa batterie 3 500 mAh, le Nokia 6.2 assurera effectivement cette journée d’autonomie et même un peu plus. Difficile par contre d’envisager les deux jours sans se restreindre.

Ci-dessous, deux suivis de charge.

 

(1er cas) : Départ à 20h13 avec 100 % et arrivée le lendemain à 22h48 avec 29 % :

-  1 heure et 10 minutes de streaming audio avec l’enceinte Bluetooth

-  20 minutes de jeu avec le son du smartphone

-  25 minutes de YouTube avec le son du smartphone

-  Quelques SMS

-  Consultation et alertes Gmail/Twitter

-  Surf sur Internet

-  9 téléchargements, dont 3 gros

-  8 mises à jour d’applications

-  Tests de débits

-  Manipulations et captures d’écran

-  Benchmarks

(2e cas) : Départ à 18h48 avec 100 % et arrivée le lendemain à 19h00 avec 25 % :

-  10 minutes de YouTube avec le son du smartphone

-  1 heure et 55 minutes de streaming audio avec les écouteurs Bluetooth

-  35 minutes de jeu avec les écouteurs Bluetooth

-  Quelques SMS

-  Consultation et alertes Gmail/Twitter

-  Surf sur Internet

-  Photos

-  1 téléchargement d’application

-  13 mises à jour d’applications

-  Tests de débits

Avec le bloc 10 Watts fourni, la charge ne s’éternise pas, mais n’est pas la plus rapide non plus. Comptez en effet dans les deux heures pour faire le plein. Une illumination du bouton d’alimentation vous indique d’ailleurs quand le smartphone est en charge.

Ci-dessous, un suivi de charge : 

-  16h49 : 10 %

-  16h54 : 15 %

-  16h59 : 19 %

-  17h04 : 24 %

-  17h13 : 34 %

-  17h26 : 34 %

-  17h39 : 47 %

-  17h47 : 68 %

-  17h58 : 78 %

-  18h15 : 89 %

-  18h25 : 94 %

-  18h48 : 100 %

Sans surprise au regard du positionnement tarifaire, pas de charge sans-fil pour ce Nokia 6.2. Au moins a-t-on échappé à la veille connectique Micro-USB, puisqu’il dispose de l’USB-C.

 

Un système d’exploitation Android 10

 

Au démarrage de notre Nokia 6.2, nous nous sommes vus proposer une mise à jour de 1 471,5 Mo.

Celle-ci sonnait le passage à Android 10. Le déploiement avait en effet été annoncé peu de temps avant par la marque.

  

 

L’interface du Nokia 6.2 propose quelques fonctions pratiques comme le mode nuit, l’ajustement dynamique de l’affichage (couleur, contraste et luminosité) en fonction de l’utilisation et la possibilité d’afficher le panneau de notification en passant le doigt sur le lecteur d’empreintes digitales.

Chose pratique également si vous utilisez régulièrement Google Assistant, il y a un bouton de déclenchement dédié sur la tranche gauche.

 

Concernant les solutions de déverrouillage, à savoir le lecteur d’empreintes au dos et la reconnaissance faciale avec le capteur photo frontal, elles ne sont pas les plus rapides que nous ayons vues. Il y a une attente de 2 ou 3 secondes.

Nous vous conseillons d’ailleurs la première solution qui fonctionne mieux que la seconde. La reconnaissance faciale s’est souvent montrée problématique, malgré plusieurs enregistrements des données du visage.

Toujours au volet sécurité, nous avions les patchs du mois de mai 2020. Rien à redire de ce côté-là. Notre smartphone est à jour.

 


VERDICT


Le Nokia 6.2 n’excelle dans aucun domaine. Il propose en revanche une expérience convenable sur le créneau des 200 euros.

Ce smartphone offre en effet un écran correct, permet de jouer à des titres récents, devrait satisfaire le plus grand nombre en photo, assure sans problème la journée d’autonomie et dispose des connectiques USB-C/mini-jack. Celui-ci a également comme gros atout sa certification Android One qui annonce à l’utilisateur une partie logicielle à jour. On a d’ailleurs un système Android tel qu’imaginé par Google, sans surcouche constructeur ou applications additionnelles.

On pourra en revanche lui reprocher l’aspect savonnette qui rend indispensable l’usage d’une coque de protection si vous êtes maladroit, le son vraiment très moyen et la chauffe un peu désagréable lors d’une bonne sollicitation.