Les réglementations empêchent la naissance de grands groupes audiovisuels en France selon M6

Les réglementations empêchent la naissance de grands groupes audiovisuels en France selon M6

Salto désavantagé par rapport aux géants américains, c’est une évidence pour Nicolas de Tavernost.

Le patron du groupe M6 estime que les acteurs du marché de l’audiovisuel français sont désavantagés face aux géants américains « Aux Etats-Unis, partout dans le monde, un vaste mouvement de consolidation est en cours. Et ceux qui n’y participeront pas seront marginalisés ou se retrouveront en situation de dépendance. Or, en France, et plus globalement en Europe, les réglementations nous empêchent de bâtir de puissants groupes audiovisuels capables de rivaliser avec les nouveaux acteurs type Netflix ou Amazon ».

Nicolas de Tavernost fait référence à un dispositif (dispositif spécifique anti-concentration) mis en place par le CSA en 1986 et qui n’a malheureusement pas évolué avec son temps. Salto est le bon exemple du frein que représente ce dispositif : “Salto est frappé par des mesures coercitives que n’ont aucun de nos concurrents internationaux. C’est anecdotique mais révélateur : je n’ai même pas le droit d’avoir un badge permanent me permettant d’accéder aux locaux de Salto… Les lunettes des autorités européennes doivent donc changer, et vite”.
 

Approchant à grand pas de la date butoir de son mandat, le patron de M6 annonce vouloir profiter du temps qui lui reste à la direction du groupe pour « pousser fortement ces idées »