Djingo: après un lancement décevant, Orange espère corriger le tir en 2020

Djingo: après un lancement décevant, Orange espère corriger le tir en 2020

Les chiffres de vente de l’assistant vocal d’Orange ne sont pas vraiment satisfaisants, Stéphane Richard s’est exprimé sur le sujet en affirmant que l’opérateur allait mettre les moyens pour le promouvoir cette année.

Après plusieurs retards, Orange a finalement lancé Djingo, son assistant vocal conçu avec Deutsch Telekom, le 13 novembre dernier. Le prix était assez élevé (149€ à la vente, et 99.99€ pour les abonnés Orange via une offre de réduction) et l’engouement n’a pas été présent puisque les premiers chiffres de vente annoncent un peu plus d’un millier d’enceintes connectées vendues en France, et à peine plus en Allemagne. Un lancement décevant donc, mais l’opérateur a bien l’intention de corriger le tir en 2020.

Il faut dire qu’il n’y a pas eu de réelles communication autour du lancement du speaker, et même sur le réseau de boutiques d’Orange, Djingo n’était présenté que dans 80 d’entre elles, sur 500. 

Le patron de l’opérateur historique a réagi à ces chiffres, qu’il qualifie de modestes et les justifie ” n’avons eu aucune action de vente, pas de campagne de communication, cela va commencer maintenant, le lancement commercial réel va se faire en 2020, nous allons y mettre les moyens” déclare-t-il. On peut donc s’attendre à une réelle mise en avant du produit cette année, contrairement à ce qui a été fait lors de son lancement.

Stéphane Richard explique donc qu’Orange est parti sur le développement d’un assistant vocal “avec près de cinq ans de retard sur Google et Amazon”, et demande un peu de temps pour que son assistant vocal soit à la hauteur. Cependant, l’opérateur est toujours confiant : “nous n’avons pas rabaissé nos ambitions” affirme son PDG. Il ajoute également, concernant les difficultés rencontrées dans le fonctionnement de son assistant vocal, que Google et Amazon avaient fait face aux mêmes problèmes. “ Nous ne pouvons pas reprocher aux groupes européens de renoncer face aux géants américains et dans le même temps de ne pas être capables de faire aussi bien quand ils tentent des choses” assène-t-il enfin.

Source : AFP