TF1, M6 et France Télévisions : un revers face au trio opérateurs télécoms, TV connectées et mastodontes de la SVoD

TF1, M6 et France Télévisions : un revers face au trio opérateurs télécoms, TV connectées et mastodontes de la SVoD

En voulant rendre leurs services à la demande plus accessibles tant sur les box que sur les téléviseurs connectés, TF1, M6, France Télévisions ainsi que le service Salto ont essuyé une fin de non-recevoir de la part du gouvernement.

La concurrence est rude sur nos petits écrans entre les plateformes et les chaînes TV. Les trois grands groupes audiovisuels français ont milité pour rééquilibrer la balance entre les chaînes et les services de SVOD américains comme Netflix, Disney+ ou Amazon Prime.

Cependant, au grand dam de ces acteurs, le projet de loi relatif à “la régulation et à la protection de l’accès aux oeuvres culturelles à l’ère numérique” ne prévoit pas de mesures allant dans ce sens.

Trop d’exposition pour Netflix et consorts

TF1, M6 et France Télévisions ont ainsi argué que l’exposition dont bénéficient les plateformes américaines sur les écrans d’accueil et même sur les télécommandes des téléviseurs entraîne un déséquilibre de la concurrence et nuit à la souveraineté culturelle Française.

Ainsi, pour rendre leurs services plus visibles, les chaînes demandaient une mise en place de l’HbbTV à grande échelle. Pour rappel, Salto et Arte ont récemment été autorisés à utiliser ce standard permettant la diffusion d’une interface de service de VOD via la TNT.

En autorisant les services à être diffusés via ce standard, ils seraient ainsi directement accessibles sur tous les téléviseurs compatibles.

Une proposition qui gênerait les opérateurs

Cependant, déployer l’HbbTV risquerait “de déstabiliser le modèle économique” de Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom, selon Roselyne Bachelot. La ministre de la Culture évoque également des “problèmes de conformité avec le droit communautaire“.

A l’heure où d’intenses discussions sont en cours avec les plateformes SVOD autour du décret SMAD, l’exécutif ne souhaite pas ouvrir un nouveau front avec les géants américains.

Les FAI, mais aussi les constructeurs de télévision connectées, établissent depuis plusieurs années des partenariats commerciaux avec Netflix et consorts pour proposer les services SVOD sur leurs appareils, tant box que TV.

Et ces acteurs souhaitent en effet pouvoir librement négocier pour autoriser ou non un nouvel acteur à être mis en avant sur leurs interfaces.

Un revers qui ajoute un sujet de friction entre les groupes TF1, M6 et France Télévisions et les opérateurs. En effet, le service de SVOD Salto, dont les trois chaînes sont actionnaires, peine encore à être distribué sur toutes les box. A l’heure actuelle, seul Bouygues a signé un accord avec Salto, et la plateforme continue de négocier avec les autres telcos.

Source : La Lettre Audiovisuelle