Google sort les armes face à une escroquerie en ligne dangereuse et répandue

Google sort les armes face à une escroquerie en ligne dangereuse et répandue

Google revoit ses algorithmes afin de lutter plus efficacement contre les arnaques, grâce à un article paru dans le New York Times.

Un article du New York Times parlant d’une technique d’escroquerie en ligne a attiré l’attention du géant de la Tech. En résumé l’escroc, créée un site web ayant uniquement pour but de calomnier une personne en l’accusant de tout et n’importe quoi à tort, cela pouvant aller de la tricherie jusqu’à la pédophilie. Si le nom de la personne est recherché, le site web en question fera partie des premiers résultats. Afin que cela disparaisse, la victime se voit extorquer des sommes se comptant en milliers de dollars.

Ayant pris connaissance de ces agissements, la firme de Mountain View a pris la décision d’agir via une modification de ses algorithmes. En pratique, Google a créé une liste des victimes connues leur ayant signalé cette pratique. Cette liste bénéficiera de mesures de protection spécifiques afin d’éviter qu’elle ne soit à nouveau victime de cette escroquerie. À l’aide de ces cas à part, Google compte bien enrichir son IA afin que tout le monde puisse profiter de ces modifications.

Dans un communiqué, Pandu Nayak, vice-président chez Google en charge de la qualité des recherches indique : “Au fil des ans, notre approche de l’amélioration des problèmes de qualité dans le classement des recherches a été cohérente : nous ne cherchons pas à “réparer” les requêtes individuelles, mais nous prenons ces exemples et cherchons des moyens d’apporter des améliorations algorithmiques générales.”

Un changement notable pour le moteur de recherche qui a toujours été plus ou moins réticent sur le fait d’intervenir sur les résultats. En 2014, l’UE avait demandé à la société américaine de modifier les résultats de recherche dans le cadre du “droit à l’oubli”. Ce dernier permet à n’importe qui d’exiger de Google qu’il supprime toute donnée personnelle le concernant des résultats de recherches si ces dernières sont obsolètes, non pertinentes ou non dans l’intérêt public.

 

Source : Cnet