5G : une première bande millimétrique (26 GHz) bientôt libérée pour répondre aux futurs usages

5G : une première bande millimétrique (26 GHz) bientôt libérée pour répondre aux futurs usages

L’ARCEP ouvre une consultation pour libérer la bande 26GHz actuellement utilisée par des faisceaux hertziens. 

Si la couverture 5G reposera principalement sur les nouvelles fréquences dans les bandes basses (3,4-3,8 GHz), l’Autorité explique que pour répondre aux impératifs de très grande capacité et de faible latence, il faut recourir à des fréquences très supérieures aux hauteurs actuelles, dans les bandes " millimétriques ". Au niveau européen c’est la bande 26GHz qui a été choisie comme “pionnière”.

La bande des 26Ghz en France est principalement utilisée pour des liaisons hertziennes point à point entre deux stations radioélectriques fixes équipées d’antennes directives. Ces liaisons sont couramment utilisées, notamment pour le raccordement des stations de base des opérateurs mobiles ou pour l’infrastructure des réseaux radioélectriques indépendants.

Les fréquences de la bande 25,5 – 27 GHz sont attribuées au ministère des Armées, au Centre national d’études spatiales, et l’administration chargée la météorologie. La bande 26 GHz accueille donc également des stations terriennes du service d’exploration de la Terre par satellite, du service de recherche spatiale et du service fixe par satellite” précise par ailleurs l’ARCEP.

Cette consultation (ouverte jusqu’au 18 juin 2018) vise donc entre autres à définir la faisabilité de la migration des faisceaux hertziens vers d’autres bandes et à définir également comment les stations terriennes vont coexister avec la future 5G.