Bouygues estime avoir subi un préjudice à cause de Free Mobile et réclame 2 milliards d’euros

Bouygues estime avoir subi un préjudice à cause de Free Mobile et réclame 2 milliards d’euros

 
2,285 milliards d’euros. C’est le montant du préjudice que Bouygues Télécom estime avoir subi depuis l’arrivée Free Mobile en 2012, en particulier à cause du contrat d’itinérance en 2G et 3G signé avec Orange et des prix bas pratiqués par Free Mobile.
 
L’opérateur de Martin Bouygues a envoyé un lettre au Premier Ministre, Manuel Valls, que Les Echos ont pu se procurer, dans laquelle il demande à être indemnisé du montant sus cité. Dans cette lettre, Bouygues Télécom dénonce « l’illégalité commise ab initio par l’Arcep consistant à ne pas avoir encadré les conditions de mise en œuvre et d’extinction d’itinérance au jour même de son adoption ». Pour justifier sa position l’opérateur s’appuie sur un reproche formulé par l’Autorité de la concurrence à l’ARCEP qui s’était déclaré incompétent pour examiner le contrat d’itinérance entre Free et Orange. « En s’abstenant illégalement d’encadrer cette itinérance nationale […], l’Arcep a permis le développement d’une situation concurrentielle gravement déséquilibrée au profit de Free Mobile et au détriment, principalement, de Bouygues Telecom » plaide l’opérateur dans sa lettre
 
Bouygues Télécom estime que si l’itinérance avait été davantage encadrée, Free Mobile n’aurait pas pu proposer des tarifs aussi bas. Et d’affirmer que c’est à cause des prix bas de Free, que Bouygues Télécom a subi une perte « anormale » de clients durant la période 2012-2015.