Les syndicats d’Orange relancent la polémique sur le réseau de Free Mobile

Les syndicats d’Orange relancent la polémique sur le réseau de Free Mobile
 
« L’Arcep n’a pas démontré que le nouvel acteur respecte bien les engagements de sa licence en matière de couverture du territoire par son réseau propre. Malgré la décision de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA) qui fait droit aux demandes de communication du dossier à la CFE-CGC/UNSA et une nouvelle demande de fourniture du dossier le 24 août dernier, l’Arcep n’a toujours pas communiqué les documents réclamés. » explique la CFE-CGC/UNSA dans un communiqué.
 
Destruction de valeur et d’emplois
 
Reprenant ses anciens arguments, le syndicat explique que « la destruction de valeur que nous avions annoncée dès l’attribution de la 4ème licence en 2010 a bien eu lieu. En CA global, le marché de la téléphonie mobile a reculé de 4,5% entre le 1er trimestre 2011 et le 1er trimestre 2012. La facture mensuelle a diminué de 7€ selon 60 millions de consommateurs, de 9% en moyenne selon l’Arcep, et les opérateurs s’attendent à une baisse globale d’au moins 10% sur l’année, les clients en fin d’engagement s’orientant vers des contrats moins chers. 

La restitution de pouvoir d’achat au consommateur est une fausse bonne nouvelle ! Elle s’accompagne de destructions d’emplois : pour faire face à la baisse des prix imposée par Free Mobile, tous les coûts sont compressés, et la délocalisation des centres d’appels consolidée, voire amplifiée. »
 
Le syndicat dénonce le « laxisme du régulateur sur les mesures de couverture du réseau »
 
La CFE-CGC/UNSA s’en prend particulièrement à l’ARCEP, qui est, selon le syndicat, responsable de la situation. « Non contente d’avoir créé une situation économiquement insoutenable, l’Arcep ne s’est pas montrée particulièrement performante pour faire appliquer les termes de la licence dont elle a fixé les règles. A ce jour, elle n’a toujours pas démontré qu’elle avait correctement pris les mesures permettant de vérifier que Free Mobile respecte bien ses obligations de couverture sur son propre réseau. »
 
Merci à silicon.fr