Etude : Les français déclarent payer mon cher leurs forfaits mobiles depuis l’arrivée de Free

Etude : Les français déclarent payer mon cher leurs forfaits mobiles depuis l’arrivée de Free
 
La chaire Économie numérique de l’Université Paris-Dauphine publie la deuxième édition de son baromètre trimestriel de l’économie numérique, réalisé avec Médiamétrie, sur les attentes et les comportements des Français dans le domaine de l’économie numérique. Le Baromètre s’appuie sur les études d’équipement et d’usages de Médiamétrie (Référence des Equipements Multimédias, Observatoire des Usages Internet et Téléphonie et Services Mobiles/Mobile Consumer Insight), ainsi que sur son enquête Omnibus Médiafit pour les questions barométriques et les questions d’actualité. 
 
Il ressort de ce baromètre que l’arrivée de Free en janvier dernier comme nouvel opérateur mobile n’est pas passée inaperçue : trois jours après l’annonce de son lancement, 86 % des internautes en étaient déjà informés. Interrogés sur le prix de leur forfait mobile, les internautes sont 80 % au 2e trimestre 2012 à déclarer payer un forfait mensuel de moins de 50 euros. Entre janvier et avril 2012, les internautes qui déclarent payer moins de 20 euros leur forfait mobile sont passés de 32,6 % à 36 %, soit une hausse de 3,4 points. À l’inverse, ceux qui paient entre 21 et 50 euros par mois sont passés de 47,3 % à 44,4 %, soit une baisse de 2,9 points. Il semblerait donc que les internautes perçoivent un effet de l’arrivée de Free et des ripostes tarifaires de ses concurrents sur le prix des forfaits mobiles.
 
 

 
Les internautes déclarent toujours, dans leur majorité, payer leur forfait mobile entre 11 € et 50 €. Mais l’impact de Free Mobile et les stratégies de riposte des autres opérateurs sur le marché de la téléphonie mobile est bien réel. On constate ainsi une importante baisse des dépenses en forfait mobile : les offres à moins de 20 € par mois gagnent 36 % depuis l’annonce de la nouvelle offre de Free et les réactions tarifaires de ses concurrents.
 
 
Le trimestre dernier, 28 % des 35-49 ans dépensaient moins de 20 € par mois pour leur forfait mobile. Ce trimestre, ils sont 40 % à avoir adopté ces offres avantageuses. 
Chez les 50 ans et plus, les forfaits à moins de 10 € sont en hausse de plus de 40 % ce trimestre. Le grand gagnant à court terme est le consommateur, mais avec quelle destruction de valeur pour les opérateurs, et quel impact sur leurs investissements et à terme sur les services au client ?
 
 
Tous les groupes socio-professionnels ont largement profité ce trimestre des forfaits à moins de 20 € par mois, et en particulier les inactifs, qui sont 57 % de plus qu’au trimestre dernier à avoir choisi un forfait mensuel à moins de 10 €. L’impact de ces nouveaux tarifs conduit à une baisse du nombre d’internautes ne possédant pas de forfait mobile, puisque seulement 6 % de l’ensemble des individus déclarent ne pas avoir de forfait mobile, contre 6,8 % au trimestre précédent, soit une diminution de près de 10 %. Il faut noter que chez les CSP – et les inactifs, cette diminution atteint le chiffre de 87 %.
 
 
Les internautes français restent très sensibles au prix de l’abonnement, toujours cité comme la première raison poussant à changer de FAI. Le prix perd néanmoins 13 % entre le 1er et le 2e trimestre 2012. Dans le même temps, le débit de la connexion gagne plus de 11 %. Alors que les offres actuelles ont tendance à se valoir en termes de prix et de services, les internautes se laisseraient-ils séduire par les nouvelles offres très haut débit (malgré un prix plus élevé) et les usages qu’elles permettent : radio, multitâche, téléchargement rapide ?