Maxime Lombardini dément qu’il y ait un retour massif d’abonnés de Free Mobile vers ses concurrents

Maxime Lombardini dément qu’il y ait un retour massif d’abonnés de Free Mobile vers ses concurrents
 
Mardi, Maxime Lombardini était l’invité d’Hedwige Chevrillon sur BFM Business. Le directeur général d’Iliad/Free est venu commenter la publication des résultats du Groupe.
 
Tout comme l’a fait Xavier Niel, Maxime Lombardini a réitéré le souhait de co-investir avec d’autres opérateurs.  "Au-delà de la 4G, nous avons toujours été partisan de co-investir sur les réseaux, ce que nous faisons déjà dans la fibre optique notamment avec France Télécom. Et nous pensons qu’en matière de réseau mobile pour la 4G, mais pourquoi pas également pour la 3G, afin de mieux couvrir le territoire, le co-investissement est plein de sens".
 
Le Directeur Général d’Iliad/Free a également profité de cette interview pour revenir sur les polémiques autour de Free Mobile. "Sur ce terrain nous n’avons pas été épargnés. Nos concurrents ont créé la polémique alors qu’eux-mêmes n’avaient pas respecté leurs obligations par le passé. Nous avons été mesurés deux fois par l’Autorité de régulation des télécoms et une troisième fois par l’Agence nationale des fréquences à la demande du ministre en charge de l’Industrie. Toutes ont indiqué que nous étions au-delà de nos obligations de couverture. Donc il n’y a plus de débat sur ce sujet, d’ailleurs il n’y a pas de contentieux, il n’y a rien à dire." A-t-il indiqué.
 
Actuellement, un autre élément lancé par les concurrents de Free Mobile est venu relancer le débat : il y aurait un retour massif d’abonnés vers les autres opérateurs. Bouygues Télécom annonçait carrément que fin mars, c’était un nouvel abonné B and You sur deux qui venait de chez Free Mobile. Maxime Lombardini a démenti catégoriquement ces affirmations. "C’est un autre élément de la propagande de nos concurrents, comme s’il y avait un flux de retour ! Or, c’est tout à fait anecdotique. On pourrait presque connaître par leur prénom les abonnés qui nous ont quittés pour retourner vers leur opérateur d’origine !"