La Fédération française des télécoms se réjouit du rapport de l’ANSES sur la 5G

La Fédération française des télécoms se réjouit du rapport de l’ANSES sur la 5G

Orange, Free, Bouygues Telecom et SFR peuvent souffler : la 5G ne présente aucun risque nouveau pour la santé.

L’étude de l’ANSES ( Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail ) sur la 5G était attendue de toute part, mais surtout par les opérateurs. En effet, certaines villes comme Nantes par exemple voulaient la lire avant d’autoriser le déploiement de la nouvelle génération mobile. 

La Fédération française des télécoms, regroupant les opérateurs nationaux, à l’exception de Free, a salué “l’importance et la richesse du travail mené par l’ANSES” ayant mené à cette affirmation : la 5G en présente pas de risques nouveaux par la santé.

Ces conclusions rejoignent celles des vingt autres autorités sanitaires internationales qui ont déjà pris position positivement sur le sujet (ICNIRP, OMS, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, etc.).

S’agissant du déploiement dans la bande 3,5 GHz, la conclusion de l’Agence est tout aussi rassurante. « Il est peu vraisemblable, à ce stade, que le déploiement dans cette bande de fréquences constitue un nouveau risque pour la santé. »”

La prochaine question pour l’impact sur la santé de la nouvelle génération de téléphonie mobile reste autour de la bande de fréquence des 26GHz, utilisée pour la 5G dite millimétrique. L’ANSES veut mener de nouvelles études sur cette fréquence très haute et la FFT accepte ainsi les recommandations de l’autorité sanitaire.

La FFT affirme également être ravie des déclarations de l’autorité concernant l’utilité “sociale et économique du déploiement de la 5G”. Ces derniers rappellent d’ailleurs s’être ” toujours basés sur les études et avis scientifiques avant tout lancement de nouvelles technologies, et ce, par souci de transparence et esprit de responsabilité.