Hadopi : le piratage a baissé en 10 ans mais pas assez, 1 milliard d’euros de manque à gagner en 2019

Hadopi : le piratage a baissé en 10 ans mais pas assez, 1 milliard d’euros de manque à gagner en 2019

Lancé en 2009, Hadopi dresse un bilan très mitigé après 10 ans d’existence.

En 10 ans, Hadopi, c’est : 82 millions d’euros investis pour 13 millions d’avertissements et seulement 87 000 euros d’amende récoltés. Ce 2 décembre, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet a publié un communiqué indiquant que malgré une baisse des piratages, ce dernier concerne encore plus de 11 millions de personnes par mois.

Hadopi a étudié les conséquence économiques du piratage des contenus audiovisuels et des retransmissions d’événements sportifs. Une pratique qui porte préjudice aux droits des créateurs et créé un manque a gagner s’élevant à plus d’un milliard d’euros pour le secteur audiovisuel et sportif.

 La crise sanitaire est une période propice aux piratages avec 13.6 millions d’actes de piratage en mars et avril contre seulement 8 millions en moyenne avant l’entrée en confinement. Ces piratages à outrance portent préjudice aux salles de cinéma, éditeurs de DVD, chaînes de télé, mais aussi aux finances publiques qui accusent 332 millions d’euros de perte sur les prélèvements de TVA et l’impôt sur les sociétés. 

En 2019, 22 % des internautes de 15 ans et plus ont piraté des films ou de la musique, contre 32 % en 2010. Une baisse due aux avertissements, amendes et fermeture des sites spécialisés. “Toutefois, la situation du piratage aujourd’hui reste encore très critique et le fléau est loin d’être éradiqué”, indique Denis Rapone, président de l’Hadopi.