Très ambitieux, Mediawan (Xavier Niel) ajoute une corde à son arc en s’emparant de Lagardère Studios et de Troisième Oeil

Très ambitieux, Mediawan (Xavier Niel) ajoute une corde à son arc en s’emparant de Lagardère Studios et de Troisième Oeil

Le groupe audiovisuel se renforce en Europe avec la finalisation du rachat de Lagardère Studios mais aussi de Troisième Oeil. La production d’émissions dites de flux s’ouvre à lui.

Mediawan ne perd pas son objectif de vue, devenir un “champion mondial des contenus“. Dans cette optique, le Spac de Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton a annoncé hier la réalisation de l’acquisition de son concurrent Lagardère Studios, acteur clé de la création, production, distribution et gestion de contenus audiovisuels en Europe avec une présence en France, en Espagne (Groupe Boomerang), en Finlande (Aito Media), aux Pays-Bas (Skyhigh TV), mais aussi sur le continent africain (Keewu au Sénégal).

Cette acquisition, dont le projet avait été annoncé lors de l’entrée en négociations exclusives le 22 juin 2020, a fait l’objet d’un accord signé le 6 août 2020 avec le Groupe Lagardère et d’une autorisation de l’Autorité de la Concurrence le 21 septembre 2020.

Une entrée remarquée sur le marché de la production de flux 

Mediawan se félicite aujourd’hui de ce rachat et compte bien explorer à présent de “multiples opportunités de développement qui s’offrent à nous partout en Europe, dans tous les genres : fictions, documentaires et émissions de flux », a déclaré Pierre-Antoine Capton, président du directoire du groupe.

En complément de ses activités historiques de production de fiction, cinéma, documentaire et animation, le groupe audiovisuel va intégrer en effet désormais une activité de production de flux aussi grâce à une autre acquisition nouvellement finalisée, celle du groupe de production Troisième Oeil de Pierre-Antoine Capton, acteur majeur de la production indépendante en France avec plus de 500 heures de programmes par an et producteur dans le flux avec notamment « C A Vous ». Mediawan doit aussi prendre par ailleurs une participation minoritaire dans Leonine, l’un des premiers groupes audiovisuels allemands, de quoi renforcer sa position en Europe. En juin dernier, il a déjà officialisé l’acquisition d’une participation majoritaire dans Good Mood, un producteur indépendant de contenus audiovisuels basés en Espagne.

Produire toujours plus pour Netflix et Prime Video

Fort de ses 25 labels de production, le groupe des trois hommes d’affaires s’appuie sur un portefeuille de franchises assez fortes («  Les Bracelets Rouges  », «  Dix pour Cent  », «  Apocalypse  », «  Commissaire Montalbano  », «  Section de Recherches  », «  Alice Nevers  », ou encore «  Infidèle  »), et a également étoffé son offre de cinéma et documentaires. Il répond aujourd’hui de plus en plus à une demande accrue de contenus premium émanent de ses partenaires historiques mais aussi des géants américains, à savoir Netflix et Amazon. En 2019, Netflix et Amazon ont déjà représenté 15% des ventes du groupe. Rien que ça.

A titre d’exemple, Mediawan possède notamment la coproduction internationale d’Atlantique productions « The Eddy », dirigé par le réalisateur oscarisé Damien Chazelle disponible sur Netflix, mais également la mini série « Grégory » (5×52’), d’Imagissime, disponible également sur la plateforme mondial du leader de la SVOD.

Animé par la soif de grandir, le Spac compte doubler sa production de documentaires dits premium d’ici 2 ans. Plusieurs docs pour Netflix sont actuellement en cours de production. Mediawan ne compte pas s’arrêter là, en engageant des discussions en mars dernier avec Salto et Disney+.