Mediawan (Xavier Niel) stoppé dans son élan par le Covid-19

Mediawan (Xavier Niel) stoppé dans son élan par le Covid-19

Après avoir poursuivi sa trajectoire de croissance en 2019 et doublé son chiffre d’affaires en l’espace de deux ans, Mediawan doit aujourd’hui faire face à la crise sanitaire et limiter la casse. L’année 2020 s’annonce difficile.

Renforcé par de nouvelles acquisitions comme Sfar, Fit, Radar et Black Dynamite et surtout Palomar, la première hors de France, Mediawan a abordé 2020 avec ambition et confiance. Néanmoins comme pour pléthore d’acteurs de l’audiovisuel, la pandémie l’affecte et le coupe aujourd’hui dans son élan. “La crise sanitaire actuelle va nécessairement affecter les activités du groupe, mais tout sera mis en œuvre pour limiter ces impacts, en particulier les calendriers de livraison de Mediawan Originals”, a t-il prévenu le mois dernier.

C’est dores et déjà le cas au 1er trimestre selon les résultats trimestriels du mastodonte européen de la production. Le spac de Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton a réalisé lors des trois premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 72,6 millions d’euros en baisse de 5%, en ligne avec le calendrier et les attentes de productions livrées pour cet exercice.

“Au 1er trimestre, l’impact du Covid-19 se traduit essentiellement par une baisse des revenus publicitaires des chaînes”, confie Mediawan. Mais le pire reste à venir. Après avoir doublé l’année dernière la part de ses ventes hors France et aux plateformes comme Netflix tout en augmentant drastiquement son volume de production, le groupe anticipe un impact important sur le reste de l’année et des décalages significatifs de livraisons de 2020 à 2021.

La production de programmes très affectée

Dans le détail, Mediawan Originals, leader indépendant de la production de fictions et de documentaires en France et en Italie avec 24 labels de production, réalise un chiffre d’affaires de 26,3 millions d’euros en baisse de 21% pour 24 heures de programmes livrés. Fortement impactées par le Covid-19, les productions sont à l’arrêt. “On met tout en œuvre pour reprendre les tournages au plus vite mais on n’a pour l’heure pas une entière visibilité sur quand et dans quelles conditions ils pourront reprendre en toute sécurité dans chacune des régions concernées”, indique le groupe.

Les recettes publicitaires des 17 chaînes de Mediawan à la peine

De son côté, le pôle Thematics, premier éditeur de chaînes de télévision payantes en France ( RTL9, AB1, Action, Mangas, Science & Vie TV, Toute l’Histoire, Animaux, , Crime District, Automoto, Trek, etc), affiche une baisse de 3% de ses revenus à 26 millions d’euros. “Après des mois de janvier et février en ligne avec les attentes, les revenus publicitaires des chaînes ont été affectés par le confinement lié à l’épidémie de Covid-19 sur la fin du premier trimestre (- 9 % sur le trimestre) et devraient être significativement plus impactés au second trimestre”, explique le groupe audiovisuel. Dans cette perspective, Mediawan a ajusté certains choix de programmation et entamé une revue des économies de coûts de grille pour les prochains mois.

L’Animation et la distribution de contenus s’en sortent bien

Enfin, le pôle Animation, premier producteur européen dans le secteur, s’en sort bien avec un chiffre d’affaires en hausse de 28 %. Une performance venant s’ajouter à celle de Mediawan Rights qui regroupe l’ensemble des activités de distribution de programmes dont les recettes augmentent de 21 % par rapport au premier trimestre 2019. Reste à espérer une augmentation de la demande de la part des chaînes et plateformes sur les contenus de son catalogue. Ce qui n’est pas encore le cas actuellement.