L’AVICCA tacle les opérateurs ayant recours au chômage partiel et leur propose une liste d’activités compatibles avec le confinement sur la fibre

L’AVICCA tacle les opérateurs ayant recours au chômage partiel et leur propose une liste d’activités compatibles avec le confinement sur la fibre

La fédération des collectivités engagées dans le numérique AVICCA critique vivement le recours de certains opérateurs au chômage partiel. D’après elle, il y a encore beaucoup de tâches à réaliser qui ne sont pas incompatibles avec le confinement et le télétravail.

La situation en France est plutôt critique pour le secteur du numérique durant l’épidémie de COVID-19. Le secteur de la fibre est en pleine crise et les réseaux ont été très sollicités depuis le début du confinement en France. L’AVICCA donne ainsi une liste de chantiers dans le secteur pour permettre aux opérateurs de ne pas avoir à recourir au chômage partiel.

Un courrier provocateur et une to-do list pour les opérateurs

Pour l’AVICCA, la concentration des opérateurs sur la production de prises FttH depuis quelques mois “a laissé de côté d’autres sujets tout aussi importants, telles que les études, la qualité des déploiements, etc.“. Cet organisme regroupant de nombreuses collectivités engagées dans le numérique a ainsi publié une liste de propositions de “très nombreuses activités compatibles avec le confinement et le télétravail.” et ce, pour leur permettre ” d’éviter d’avoir à recourir au chômage partiel et accessoirement de prêter le flanc à la critique de l’effet d’aubaine s’agissant de mesures sociales et fiscales destinées à limiter la crise économique“. Le ton est donné.

Ces conseils garantissent également aux opérateurs d’apporter “aux territoires les prestations attendues sans mise en danger de leurs équipes” et d’éviter “par la même occasion d’aggraver à coups de milliards les déficits publics“. La liste est plutôt longue.

Améliorer la communication entre opérateurs et éclaircir leur base de données par exemple. Toutes les deux semaines, les opérateurs s’échangent un fichier nommé “Fichier IPE” regroupant des données essentielles pour chaque adresse fibrée ou en cours de déploiement. Cependant, ce fichier serait “réputé souffrir à la fois de doublons et d’oublis“. Il indique ensuite plusieurs tâches pouvant être accomplies pour avoir un fichier complet et bien renseigné.

La formation et le meilleur suivi de l’installation et la maintenance de la fibre sont également une possibilité à explorer pour les opérateurs. Avec un ton mordant, l’AVICCA indique quelques suggestions ancrées dans le réel. Un petit exemple :” former les salariés et sous-traitants à l’ouverture des portes de PM : tutoriel simple, sous forme de QCM par exemple, avec des questions pièges, du style : faut-il ouvrir le PM avec la clef appropriée / un pied de biche /un tampon en fonte de chambre télécom ?

D’autres points pourraient être également améliorés, comme la réalisation et finalisation d’études sur le secteur des télécoms, ainsi que concernant le support aérien dans le cadre du déploiement de la fibre optique… Et même si le confinement devait durer plus longtemps, l’AVICCA ne tarit pas de conseils pour les opérateurs d’un point de vue plus global, comme faire baisser le nombre de réclamations au sujet de la fibre (qui ont augmenté en 2019) ou d’établir un plan de communication sur le déploiement de la fibre .

La Fédération Française des Télécoms n’a pas vraiment apprécié se faire tirer les oreilles ainsi. Elle a d’ailleurs publié un tweet indiquant avoir reçu depuis hier des dizaines de messages d’élus locaux , “qui se désolidarisent de cette initiative que nous condamnons fermement“.