Free Mobile : l’installation du pylône a eu lieu, mais les opposants ont déjà un nouvel angle d’attaque

Free Mobile : l’installation du pylône a eu lieu, mais les opposants ont déjà un nouvel angle d’attaque

Malgré l’échec par la voie judiciaire et l’installation effective du pylône, des riverains n’en démordent pas. Ils ne veulent pas de l’antenne-relais de Free.

Opposés à l’installation d’une antenne-relais de Free, des habitants de La Hoguette, dans le Calvados, en Normandie, ont tenté la voie judiciaire et même interpelé Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, à propos de l’exposition aux ondes. En vain puisque l’installation du pylône de plus de 30 mètres devant accueillir l’antenne a bien eu lieu cette semaine, le mardi 25 février en fin d’après-midi, route Falaise – Argentan.

Pour autant, le collectif n’entend pas lâcher le morceau.“Depuis le début, on savait que c’était le pot de terre contre le pot de fer. Cela devient encore plus compliqué”, déplore Hugues Chopin, l’un des membres du collectif. “On continue de se battre”, “On va continuer le combat”, entend-on au sein du collectif.

Le collectif a d’ailleurs déjà repéré un nouvel angle d’attaque. Il évoque en effet la non-conformité de la dalle, sur laquelle se trouve le pylône, dont la surface est de 38,8 m², alors qu’elle devrait être de 20 m². “Au-delà de 20m2, il aurait fallu un permis de construire, et là ce n’est plus la même chose”, souligne Sabrina Caillaud, à l’initiative du mouvement de protestation. Et d’ajouter : “On en est à ce stade-là. Les opérateurs font ce qu’ils veulent, quitte à payer des amendes”.

Les opposants ont d’ailleurs déjà engagé leur nouvelle action. “La commandante de gendarmerie nous a indiqué qu’une enquête sera transmise au parquet pour vérifier si cette dalle est légale ou pas”, indique Sabrina Caillaud. Le collectif dit avoir rencontré le député Sébastien Leclerc pour plaider leur cause et avoir son soutien.

Et la maire de La Hoguette dans tout ça ? Sylvie Grenier dit comprendre “les riverains qui sont contre le projet et le dilemme posé par l’emplacement du pylône”. Et d’ajouter : “Mais on est dans une société où l’État facilite le déploiement des antennes-relais 4G. Il faut qu’il y ait de moins en moins de zones blanches. Il faut aussi redynamiser les communes et favoriser les services. Cela passe par du réseau. Quand ça ne capte pas, on n’est pas content. En outre, il y a des gens qui travaillent de plus en plus à domicile”.

Source : Actu.fr

Merci @David pour les photos