Free Mobile : quand un projet d’antenne oublié refait surface, pour une bonne raison

Free Mobile : quand un projet d’antenne oublié refait surface, pour une bonne raison

Des riverains pensaient être bel et bien débarrassés d’un projet d’antenne-relais. Sauf qu’une bonne partie des habitants est chez Free Mobile et que l’itinérance Orange prendra bientôt fin. Une bonne raison pour l’opérateur de revenir à la charge.

“Un tiers des habitants de Solesmes sont chez Free. Actuellement, Free est en itinérance avec Orange, mais cela s’arrêtera fin 2022. Free fait donc pression pour avoir son propre réseau”, explique Frédéric Top, adjoint au maire de Solesmes. “Le courrier est arrivé le 3 janvier 2022, Free veut absolument implanter une antenne relais à Solesmes. D’ailleurs, en novembre, on a vu quelqu’un de chez Free faire de la prospection chez des privés”, raconte-t-il. D’une hauteur de 30 mètres, le pylône doit être implanté sur un terrain appartenant à l’abbaye Saint-Pierre.

De quoi provoquer une levée de boucliers, comme lors d’un projet similaire en 2019 qui avait finalement capoté sous l’action d’un collectif d’habitants, qui imaginaient alors le projet définitivement enterré. “Après l’antenne-relais et l’unité de méthanisation, pourquoi pas des éoliennes pendant qu’on y est”, a ainsi lâché un opposant lors du dernier conseil municipal. “Il s’agit bien d’un projet commercial, ce n’est pas dans le but de couvrir une zone blanche, mais pour vendre de la 4G et de la 5G”, estime une opposante au projet.

“On regrette de ne pas avoir été mis au courant plus tôt”, déplore-t-on côté opposants. Ce à quoi le maire Pascal Lelièvre a rétorqué : “Free n’a pas souhaité qu’il y ait de réunion publique pour éviter que ça ne parte en live…”. Et d’ajouter : “Llemplacement est privé, les propriétaires ont donné leur accord, la municipalité n’a donc pas son mot à dire”. L’élu souligne enfin : “d’ailleurs, c’est une information qu’on donne en conseil, mais nous n’avons pas à voter”. Conseiller municipal et moine bénédictin, le père Duval a tenu à rappeler qu’on “ne peut pas toujours vouloir les avantages de la technique sans les inconvénients”, tout en ajoutant que “l’antenne ne va pas passer inaperçue, certes, mais elle ne va pas avoir un impact visuel important, car c’est une zone déjà industrialisée”. La messe est dite.

Source : Ouest France