Iliad signe un accord avec Ericsson afin d’améliorer son réseau et la 5G de son opérateur Play

Iliad signe un accord avec Ericsson afin d’améliorer son réseau et la 5G de son opérateur Play

Ericsson et P4, et l’opérateur Play en Pologne, filiale du Groupe Iliad, viennent de signer un nouvel accord concernant la 5G dans le domaine des réseaux d’accès radio (RAN) en Pologne.

Cet accord, qui est le premier contrat RAN signé entre Ericsson et Play depuis le rachat de Play par le groupe Iliad l’année dernière, comprend la modernisation des sites radio à l’échelle nationale, ainsi que la mise en œuvre des technologies 5G du portefeuille produits Ericsson Radio System (ERS) qui est leader sur ce marché.

Grâce à cet accord, les clients de Play bénéficieront des applications et services innovants de la 5G, ainsi que d’un service de haut-débit mobile nettement amélioré. Play indique qu’il “s’efforce continuellement d’adapter son réseau aux dernières générations d’équipements radio, et s’assure que toutes ses stations de base soient équipées de l’ensemble de ses bandes de fréquences”. La qualité et la performance du réseau radio de Play est en outre améliorée grâce à l’introduction de solutions MIMO 4×4. Cet accord permet en outre à Play d’augmenter la part des équipements Ericsson au sein de son réseau radio, et assure ainsi la diversification de ses fournisseurs.

Comme le prévoit l’accord, Ericsson déploiera ses technologies radio produites en Pologne telles que les antennes actives Massive MIMO de dernière génération garantissant une performance 5G optimale en même temps qu’un très faible encombrement et qu’une consommation d’énergie réduite. L’accord inclut en outre le lancement de fonctionnalités logicielles radio de pointe, telles que l’Ericsson Spectrum Sharing, l’uplink booster, ainsi que l’agrégation de bandes 5G qui permettront aux clients de Play de bénéficier d’un très haut-débit sur l’ensemble du réseau. Les solutions Ericsson Radio System sont conçues pour s’adapter à tous types de sites et à tous scenarii de trafic, et ce, quelque soient la taille et la complexité des réseaux du fait des passages successifs de la 2G à la 3G, puis à la 4G et à la 5G.