Apple s’explique sur le retrait d’applications de contrôle parental sur iPhone

Apple s’explique sur le retrait d’applications de contrôle parental sur iPhone

Après la suppression de 11 applications de contrôle parental de son Appstore révélée par le New York Times, Apple s’explique sur ses raisons afin de répondre aux accusations de concurrence déloyale.

Le 27 avril 2019 ; le journal Américain a publié les résultats d’une analyse effectuée en collaboration avec Sensor tower sur le retrait ou la restriction de 11 applications de contrôle parental sur les 17 présentes sur le magasin d’application d’Apple. Ces applications avaient pour but de permettre de contrôler l’utilisation de l’iPhone, tant pour les enfants que pour les utilisateurs. Les développeurs de ces applications, parfois très populaires, se sont tous exprimés auprès du New York Times en accusant Apple de "tuer l’industrie".

Le média Américain a alors mis ces retraits en lien avec l’arrivée de la fonctionnalité de gestion de temps d’écrans arrivée sur les smartphones de la Pomme il y’a peu. Face aux accusations des développeurs d’applications concernés, Apple a tenu à s’exprimer sur le sujet, expliquant les raisons de ce choix. 

C’est à travers un communiqué officiel que le géant Américain s’est expliqué, avançant la raison suivante : les applications retirées de l’Appstore ou dont les capacités ont été limitées ont toutes été jugées comme collectant trop de données personnelles. Si certaines applications sont certifiées par Apple comme fiables, comme il l’explique dans son communiqué de presse, d’autres sont moins consciencieuses dans la gestion des données personnelles. C’est notamment l’utilisation d’une technologie spécifique qui est remise en cause. 

« Au cours de la dernière année, nous avons appris que plusieurs de ces applications de contrôle parental utilisaient une technologie très invasive, appelée Mobile Device Management (gestion des appareils mobiles, en français), ou MDM. MDM permet à un tiers de contrôler et d’accéder à un appareil et à ses informations les plus sensibles, notamment l’emplacement de l’utilisateur, l’utilisation de l’application, les comptes de messagerie, les autorisations de l’appareil photo et l’historique de navigation. […] Au-delà du contrôle que l’application peut exercer elle-même sur le périphérique de l’utilisateur, des recherches ont montré que les profils MDM pouvaient être utilisés par des pirates informatiques pour accéder à des fins malveillantes. »,

La technologie est reconnue comme légitime dans certains cas par Apple, mais les risques de détournement de son utilisation sont trop grands et donc cette technologie est strictement interdite par les règles de l’Appstore pour les applications visant les particuliers. Apple étant connu pour la sécurité des données de ses utilisateurs (utilisant même cela comme un argument dans plusieurs campagne de publicité), il a donc été décidé de limiter ou retirer les applications incriminées.