Free : que faut-il attendre de sa grosse annonce demain ?

Free : que faut-il attendre de sa grosse annonce demain ?

Et si Free adressait le marché du subventionnement du mobile le 6 juillet avec une offre transparente et totalement différenciante ?

« Nick, vous savez ce qu’il faut avec votre opérateur ? Il faut de la transparence », a dégainé  ce week-end Xavier Niel dans une vidéo assez énigmatique sur le compte Twitter de Free. « Mardi, on y verra plus clair » a même enchéri l’opérateur dans un teasing donc lui seul a le secret. Mais à y regarder de plus près, les mots ne sont pas choisis au hasard et laissent la porte ouverte à quelques hypothèses. Dans sa réthorique, le fondateur de Free sous-entend que ses rivaux ne sont pas transparents dans l’une de leurs pratiques. Mais laquelle ? Si le mystère reste entier, il y a bien un point sur lequel Xavier Niel ne cesse de critiquer la concurrence, le subventionnement du mobile. Le sujet tient à coeur à Free, au point de se battre depuis de nombreuses années pour l’interdiction du système actuel utilisé par les autres telcos qu’il juge “opaque mais aussi nuisible pour la planète et le commerce extérieur, puisque ça pousse à changer de mobile plus souvent”, a fait savoir haut et fort son patron lors d’une audition devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale en novembre 2020.

Le fondateur de Free n’en démordait alors pas,  “il faut y mettre fin ou a minima forcer la transparence en distinguant le prix du terminal et le prix du service. Les consommateurs, la balance commerciale et l’environnement en profiteront “. Plus de transparence donc.

L’objectif de l’opérateur est clair, à savoir allonger la durée de vie et d’utilisation des smartphones, lesquels représentent aujourd’hui 70% de l’impact environnemental du numérique. Il faut selon lui travailler davantage sur le soutien de la filière du reconditionné.

Refaire la révolution avec Free Mobile

Par ailleurs, “il est nécessaire d’éviter aux abonnés de payer un abonnement coûteux alors que leur mobile a été complètement remboursé”, avait martelé le milliardaire. Sur le marché de la subvention, Free a gagné d’ailleurs une bataille devant la Cour de cassation après plusieurs années de combat, puis en appel face à SFR. “Il semblerait que cela soit illégal mais cela n’empêche pas d’autres opérateurs de continuer de mettre ce sytème en oeuvre”, n’a pas manqué enfin de souligner le magnat des télécoms. Il se pourrait donc que Free vienne adresser finalement le marché du subventionnement du mobile dès ce 6 juillet avec une offre différenciante et transparente.

Lors de la présentation du plan “Odyssée 2024” d’Iliad en mai 2019, Xavier Niel en avait fait le pari : “Dans 18 mois, vous verrez la subvention aura disparu en France, ça j’en suis sûr.” Et d’ajouter “qu’au jour où ça s’arrêtera”, il faudra que l’opérateur “soit là pile à cette seconde là et qu’il refasse la révolution”. 

A en croire ses dires , la partie était déjà gagnée, “on a des changements législatifs qui arrivent, il va falloir commencer à détailler dans la facture ce qui correspond au mobile et ce qui correspond au service. Donc typiquement la subvention telle qu’elle a existé historiquement, va disparaître.”

Cette opportunité de lancement, Free l’attendait depuis 7 ans lorsqu’il a tenté d’adresser ce marché, peu après son arrivée sur le mobile en 2012, mais le service juridique d’Iliad a calmé rapidement les ardeurs de son fondateur : “c’est interdit c’est illégal, me dit-on et je dis mais attendez les autres le font ! Oui mais c’est illégal et nous on ne fait pas des choses illégales.” Une chose est sûre, Free prépare bien une nouvelle révolution sur le mobile. Mais la surprise pourrait être toute autre demain.