Vers des publicités plus écologiques sur le service public

Vers des publicités plus écologiques sur le service public

Le Sénat dépose un amendement inattendu dans le cadre du projet de loi climat. Il demande que les services audiovisuels publiques banissent les publicités avec un “impact négatif sur l’environnement”.

Plutôt que de réduire le nombre des pubs, les rendre plus vertueuses. La Chambre haute du Parlement vient de dépose un amendement obligeant, France Télévisions, Radio France et France Médias Monde à ne plus diffuser des spots pour des produits non-écologiques.

Nous souhaitons qu’un effort particulier soit demandé à l’audiovisuel public. Le service public se doit d’être exemplaire” explique Michel Laugier, sénateur. Ainsi, selon cet amendement, à partir du 1er janvier 2023 ne devrait diffuser que des publicités jugées “vertueuses”, mettant en avant des produits éco-responsables. La logique derrière cette proposition pour le moins surprenante est simple : “il serait quand même étrange de voir des entreprises appartenant à l’État continuer à promouvoir des produits polluants, alors même que cet État actionnaire appelle à lutter contre ceux-ci pour préserver l’environnement. C’est une question d’exemplarité tout autant que de cohérence“justifient les sénateurs.

Pour les entreprises de l’audiovisuel publique, il faudra alors sélectionner les publicités vertes et faire le ménage dans les autres afin de continuer de recevoir leurs recettes publicitaires. Les sénateurs rappellent que la publicité représente environ 10% des ressources de France Télévisions et Radio France, soit une part minoritaire de l’ensemble de leurs ressources. Le Sénat estime alors qu’il n’y a aucun risque d’impact significatif sur les ressources de ces acteurs.  A l’inverse, une telle mesure serait innaplicable pour les chaînes privées , qui “dépendent à 95% de la publicité” rappelle Michel Laugier.

Source : Le Figaro