TF1/Free itinéraire d’un rendez-vous manqué…

Le communiqué est tombé aujoud’hui : TF1 fera bien partie du bouquet Freebox TV à compter du 5 janvier 2007.

C’est un évènement très important pour les freenautes. Pas particulièrement pour la chaîne en elle même mais en terme de symbole pour ce que représente TF1.

Un historique s’impose (D’après l’avis du conseil de la concurence)  :

  • Free, dès la fin 2000, se rapproche du groupe TF1 pour parler d’Internet. A cette occasion, (le président de la société TPS) a manifesté un intérêt pour l’avenir d’une collaboration".

  • De janvier 2001 à avril 2002, plusieurs réunions de travail ont, en effet, été organisées. Elles ont donné lieu, pour certaines, à des démonstrations techniques comprenant, notamment, la fourniture d’extraits de programmes des chaînes TF1, LCI et Eurosport ; les dirigeants de la société Free ont, de leur côté, également présenté les plans d’affaires qui leur étaient demandés. 

  • Le 25 avril 2002, le président du groupe TF1 a signé avec la société requérante une lettre d’intention portant sur la réalisation d’une expérimentation à Paris et l’étude de faisabilité d’un service de télévision par ADSL et d’un service de Vidéo à la demande (VoD) tout en prévoyant ensuite la négociation de bonne foi d’un protocole. 

  • Au cours de l’année 2003 et sans nouvelles du groupe TF1, la société Free a demandé, à plusieurs reprises, à pouvoir "acheter les flux des chaînes éditées" par le groupe TF1 et sa filiale, la société TPS, en vue d’une diffusion dans son offre de télévision ADSL prévue pour être lancée en décembre 2003.

  • Dans sa réponse du 22 mai 2003, le président du groupe TF1 a invoqué la poursuite d’une phase de tests techniques et la nécessité de connaître la structure marketing et commerciale des offres dans lesquelles pourraient s’insérer les chaînes de ce groupe. A la suite d’une nouvelle demande de la société Free, le directeur juridique du groupe TF1 s’est référé à nouveau, par lettre du le 30 juin 2003, au caractère expérimental d’une telle distribution, spécialement à une expérimentation intitulée "Dream TV", conduite avec la société LDCOM à Paris et à Boulogne.

  • Le 1er décembre 2003, la société Free a commercialisé, par l’intermédiaire de son modem (la Freebox), le premier service de télévision par ADSL comprenant la diffusion de chaînes gratuites et progressivement de chaînes thématiques payantes venant s’ajouter à un accès à Internet à haut débit et à un service de téléphonie pour le prix de 29,99 € par mois.
C’est donc, sans TF1, M6 et Canal+ que Free lance en décembre 2003, la télévision par l’ADSL. Le trublion d’internet se voit mis sur la "touche" par les géants de l’audiovisuel.

Un bras de fer se met en place entre les deux acteurs. TF1 se dit d’accord pour être sur Freebox TV a condition que celui-ci soit diffusé dans le bouquet TPS – c’est à dire payant-. Puis, TF1 souhaite qu’il y ait un décodeur.

Free est d’accord pour la diffusion mais dans le basique et gratuitement. (Et bien entendu qu’un décodeur est complétement inutile puisque les droits se négocient au niveau du DSLAM – ce qui est bien plus sécurisé qu’un simple décodeur – )

Plusieurs années se succèdent (trois ans !) pendant lesquelles une bataille entre média interposés à lieu. Ci-après quelques évènements marquants :

Suite au refus de TF1, Free dépose une plainte auprès du Conseil de la Concurrence pour abus de position dominante. Suite à cette plainte, lors de la procédure judiciaire, en mars 2004, le Dow Jones Newswires rapporte une altercation entre Patrick Le Lay (Président-Directeur Général de TF1) et Michaël Boukobza (Directeur Général Adjoint – à l’époque – de Free) : "Vous n’avez pas le droit de me poursuivre", dit P. Le Lay, "Je vais vous clouer au mur "  : en anglais : You don’t have the right to sue me," Le Lay told Iliad Chief Operating Officer Michael Boukobza, according to a person who was present. "I am going to nail you down on the wall in blood.

Devant le succès de Free, nombre d’abonnés grandissant, succès de l’offre TV, etc… en juin 2005, c’est cette fois TPS qui a envoyé une "sommation interpellative" au fournisseur d’accès à Internet Free et à sa maison mère Iliad, pour les enjoindre de distribuer le bouquet TPSL sur l’offre de télévision par ADSL de Free.

A l’IDATE 2005, Michaël Boukobza déclarait : "Donc aujourd’hui il y a un jeu un petit peu trouble du coté des groupes TF1 et M6. D’un coté on nous dit "votre produit c’est de la merde et donc il n’est pas question pour moi d’y mettre mes joyaux que sont TF1 et M6" et de l’autre coté on nous dit "écoutez votre produit il se vend tellement bien, il est tellement incontournable que vous avantagez mon principal concurrent […] en refusant de distribuer TPS. Alors il faudrait savoir : est-ce que le produit Freebox est incontournable ? ou n’est-il absolument pas satisfaisant en terme de qualité ? Le même groupe et les mêmes dirigeants ne peuvent pas avoir un double discours aussi diamétralement opposé."

En 2004 , TPS déclarait : TPS viendra chez Free le jour où il y aura un décodeur qui nous permette de faire notre travail.

Il aura fallu plus de trois ans pour que TF1 et M6 intègrent FreeTV. Trois ans, de coups bas, de batailles juridiques, de querelles médiatiques…

Free n’a pas cédé et finalement les deux groupes deviennent les meilleurs ennemis du monde…

Comme l’indique le Figaro aujourd’hui : Ces accords placent Free comme un acteur incontournable de la diffusion de contenu télévisuel sur InternetEt c’est ça le plus important 🙂