Fibre optique : l’atout des collectivités locales

Le site j’ai la fibre a recueilli les explications de Pierre Pigaglio de P&T Consulting France, membre du FTTH Council Europe sur le rôle des collectivités locales dans le déploiement de la fibre optique.

 
Créée en 1996, P&T Consulting (PTC) est une société de services et de technologies, basée à Luxembourg, experte dans les processus de conseils, d’analyse, de développement et d’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

 
« Le véritable rôle des Collectivités locales est de conduire les projets initiés autour des schémas directeurs numériques. Un "schéma directeur territorial d’aménagement numérique" recouvre un ou plusieurs départements ou régions, et est établi à l’initiative des collectivités territoriales concernées. Il a une valeur indicative, et vise à favoriser la cohérence des initiatives publiques et leur bonne articulation avec l’investissement privé » estime Pierre Pigaglio.

 
Dans le déploiement du très haut débit, les collectivités locales garantissent à leurs habitants et entrepreneurs une desserte minimale. Au cœur des schémas directeurs, elles participent au financement sous différentes formes (investissements, cofinancements…) elles sont un atout indéniable pour lutter contre la fracture numérique.

Un engagement gagnant-gagnant :

Pour Pierre Pigaglio, l’engagement d’une collectivité peu générer un retour sur investissement (ROI) tangible via la location des fourreaux par exemple.

 
A contrario, les collectivités s’y retrouvent puisqu’elles participent au confort de ses administrés qui consiste principalement en l’amélioration de la qualité de vie des résidants. Sans oublier le développement du tissu industriel ou entrepreneurial qui engendre des retombées économiques à plus long terme.

 
Dans les zones d’ombres, les collectivités peuvent mener un arbitrage efficace et réaliste via les schémas directeurs qui permettent d’identifier les priorités.

 
« Les Collectivités locales doivent d’abord définir un objectif en adéquation avec leurs populations, leurs attentes, la situation du haut débit dans les différents points critiques et les perspectives d’évolutions à moyen terme (3 à 5 ans). Ensuite, il faut apprécier la capacité de financement et les perspectives d’abonnements dans les zones considérées, afin de mettre en regard la demande et la capacité financière.

 

Fortes de ces constats et appréciations, les Collectivités doivent prendre connaissance de la position de chacun des opérateurs nationaux et locaux sur les perspectives de satisfaction des demandes ainsi appréciées.

 

Et c’est bien dans cette étude et dans la constitution de ces schémas directeurs numériques que le rôle de la Collectivité locale est essentiel pour réussir un déploiement du haut débit optimal sur l’ensemble du territoire français » a expliqué Pierre Pigaglio.

 
Source : J’ai la fibre