Fibre : un plan de relance colossal de 11 milliards d’euros présenté par la filière

Fibre : un plan de relance colossal de 11 milliards d’euros présenté par la filière

La fédération InfraNum présente son plan de relance et de reprise pour aider la filière à relancer pleinement le chantier de la fibre en France, assurer la transformation numérique du territoire et exporter . Le montant total des mesures demandées avoisine les 11,2 milliards d’euros. L’Etat est sollicité à hauteur de 7 milliards d’euros.

Après avoir rendu public il y a quelques jours son diagnostic de l’impact du Coronavirus et les principaux axes du plan de reprise pour la filière des infrastructures numériques, la fédération InfraNum a levé le voile hier sur l’ensemble des mesures demandées à la fois pour le plan de reprise et pour le plan de relance.

L’objectif pour la filière, “garantir l’accès à des infrastructures numériques optimales à l’échelle nationale, à accompagner la croissance verte et la compétitivité numérique de la France, à sécuriser l’emploi de la filière et améliorer l’insertion sur le marché du travail des jeunes générations ou encore à trouver de nouveaux relais de croissance pour la filière après la fin du plan THD”. Pour ce faire, il est nécessaire selon InfraNum de passer du Plan France THD 2022 à la généralisation de la fibre et d’apporter le « bon haut débit » pour tous d’ici fin 2020 pour mettre fin aux inégalités d’accès entre les foyers et entreprises.

La généralisation de la fibre coûterait encore 5,3 milliards d’euros.

Coût total des mesures demandées, 11,2 milliards d’euros pour une prise en charge de 7 milliards d’euros par l’Etat, les collectivités et fonds européens. A y regarder de plus près, la généralisation de la fibre à savoir 97% de la population couverte en 2025, nécessiterait à elle seule un investissement de 5,3 milliards d’euros. Le coût pour la filière serait à alors de 3 milliards d’euros, le reste serait alors à la charge des pouvoirs publics.

Par ailleurs, InfraNum, en soutien au recours d’un mix de technologies en vue d’atteindre l’objectif du très haut débit pour tous fin 2022, estime que 150 millions d’euros seront nécessaires.

Enfin, un autre axe majeur est largement mis en exergue, à savoir la réussite de l’export des produits français hors Europe (Afrique, Francophonie), mais aussi du savoir-faire en matière d’infrastructures numériques et de solutions pour une « ville durable connectée à la française ». Plus concrètement, Infranum souhaite mobiliser des financements nationaux et européens pour permettre aux industriels de monter des projets clé en main en matière d’infrastructures numériques (fibre, radio, datacenter). Coût du projet, 3,230 milliards d’euros dont 2,251 milliards demandés à l’Etat.

InfraNum également appelé le Ministre de l’économie Bruno Le Maire “à la plus grande prise en compte des mesures proposées ce jour dans le cadre de son futur plan de relance global pour la France, dont le numérique et les infrastructures sous-jacentes ont été annoncées comme un vecteur essentiel par le Président de la République.”