5G : la pluie pourrait réduire sensiblement les débits

5G : la pluie pourrait réduire sensiblement les débits

Si la 5G pourrait perturber les prévisions météo, elle pourrait être grandement perturbée par la météo elle-même.

Précédemment, nous évoquions une étude selon laquelle les hautes fréquences nécessaires pour les forts débits de la 5G, à savoir les fréquences millimétriques comprises entre 24,25 et 27,5 GHz, pourraient se traduire par des interférences avec les satellites météorologiques (humidité, pression atmosphérique et température) et des prévisions météo moins fiables.

Potentiellement perturbatrice pour les prévisions météo, la 5G pourrait également être perturbée par la météo elle-même. Comme l’indique la startup parisienne HD Rain à nos confrères Les Numériques, “au moment de traverser une averse, les gouttes d’eau absorbent une partie du signal”. Or, “plus la fréquence de l’onde est haute, plus elle se trouve atténuée”. Avec une fréquence aux alentours des 26 GHz, une onde millimétrique verrait ainsi son débit diminuer de plus de 25 % en traversant un kilomètre sous une pluie moyenne (10 mm/h) et d’environ 50 % sous une très forte pluie (20 mm/h).

Ces chiffres reposent sur des prévisions à partir de modèles théoriques. À voir donc ce que montreront les expérimentations en conditions réelles et les solutions qui seront envisagées. François Mercier de HD Rain évoque la possibilité d’amplifier l’intensité de l’onde, comme cela est possible avec la télévision par satellite, qui utilise les fréquences aux alentours des 11 GHz : “Aujourd’hui, on a environ une grande marge sur la télévision par satellite, elle permet au signal de résister aux intempéries et d’empêcher d’avoir de la neige sur l’écran”. Il y a également la solution de resserrer la maillage d’antennes-relais.

Ces perturbations concernent surtout les fréquences millimétriques comprises entre 24,25 et 27,5 GHz. Or, les opérateurs en France utiliseront dans un premier temps celles comprises entre 3,4 et 3,8 GHz, beaucoup moins sensibles à ce type de perturbations. Mais il faudra tout de même trouver des solutions, sachant que c’est sur ces fréquences comprises entre 24,25 et 27,5 GHz que reposent les débits les plus élevés de la 5G.

Source : Les Numériques