Google et Microsoft soupçonnés d’avoir spammé des concurrents

Google et Microsoft soupçonnés d’avoir spammé des concurrents

Surcharger des moteurs de recherche concurrents, une technique qui aurait pu être utilisée par les deux géants américains.

Une accusation assez surprenante, mais qui pourrait intéresser le régulateur européen, alors que Microsoft et Google sont déjà scrutés par l’antitrust. D’après des données analysées par Politico, les deux géants inonderaient les plus petits moteurs de recherche de publicités indésirables pour ainsi pouvoir conserver les publicités les plus rentables.

Une utilisation détournée des publicités donc, en se réservant les plus chères et qui en plus peuvent également dissuader les utilisateurs d’utiliser des moteurs de recherche alternatifs comme Qwant, Ecosia ou encore DuckDuckGo. Si ces derniers sont délaissés, les utilisateurs pourraient alors être tentés de retourner vers les leader Bing et surtout Google. Sans oublier les possibles conséquences financières pour ces petits acteurs, luttant déjà régulièrement face à la domination de la firme de Mountain View.

Les données collectées par nos confrères ont été communiquées à certains acteurs politiques à l’échelle européenne, qui ont alors déclaré se pencher sur ces dernières, fruits d’une étude de plusieurs semaines.