Portée par Orange, Free, SFR et Bouygues, la France passe le cap des 80 millions de cartes SIM

Portée par Orange, Free, SFR et Bouygues, la France passe le cap des 80 millions de cartes SIM

L’Arcep dévoile les chiffres du marché du mobile au quatrième trimestre 2021. Le cap des 80 millions de cartes SIM est franchi. Une progression forte  provenant intégralement des opérateurs de réseau. De quoi porter la croissance annuelle à un niveau inégalé depuis 2014.

Pas moins de 67 millions de Français et 80,4 millions de cartes SIM en service en France (hors cartes MtoM) au 31 décembre 2021. Dans son nouvel  l’observatoire des marchés des communications électroniques, l’Arcep révèle un accroissement du nombre de cartes en progression pour le quatrième trimestre consécutif (+ 590 000 en un trimestre). “Après une année 2020 marquée par la crise sanitaire, le nombre de cartes SIM augmente de 2,1 millions en un an, une croissance inégalée depuis 2014”, constate le régulateur.

Comme à l’accoutumée, cette intensification provient intégralement du marché post-payé, dont le nombre de cartes s’accroît de 610 000 cartes ce trimestre contre 540 000 cartes au quatrième trimestre 2020. “En revanche, alors que la progression du nombre de cartes prépayées avait momentanément repris au cours des deux derniers trimestres, celle-ci se contracte à nouveau légèrement (- 21 000 cartes en un trimestre)”, apprend-on.

Sur le marché métropolitain, la croissance du nombre de cartes SIM est supérieur à 2,5 % pour le troisième trimestre consécutif, “en raison à la fois du maintien du nombre de ventes nettes post-payées à un niveau élevé et du recul modéré du nombre de cartes prépayées ce trimestre”. La part de marché d’Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile  s’élève à 92,1 % à fin 2021, et ce à la suite de plusieurs rachats d’opérateurs mobiles virtuels au cours de l’année.

Autre enseignement, “la part des utilisateurs mobiles qui ne sont pas ou plus engagés chez leur opérateur mobile progresse également de 2,0 points, niveau qui n’avait pas été observé depuis dix-huit mois, pour atteindre 73,6 %”, poursuit l’Arcep. Un accroissement provenant de la généralisation progressive d’offres sans engagement à partir du deuxième semestre 2021.