Vous allumez plus souvent la TV, mais de moins en moins pour regarder les chaînes

Vous allumez plus souvent la TV, mais de moins en moins pour regarder les chaînes

Le temps passé devant l’écran de télévision continue d’augmenter, mais les utilisateurs préfèrent de plus en plus Netflix ou les jeux vidéos aux chaînes linéaires.

Un grand écran dans le salon sert de moins en moins à regarder M6, TF1 et compagnie. D’après Médiamétrie, durant le mois de novembre dernier, la durée globale de visionnage des chaînes TV a perdu plus d’une quarantaine de minutes selon les données de Médiamétrie, tous écrans confondus.

Ne serait-ce qu’avec le poste de télévision, la durée d’écoute des contenus en direct et du replay s’établit à 3h39 pour les Français contre 4h21 il y a un an. Si la différence est importante, elle peut cependant être imputée à la crise sanitaire de l’année dernière, année de rebond de la télévision. Cependant, même en comparant avec novembre 2019 (3h44), la durée d’écoute baisse. En octobre dernier, la même baisse a été observée, marquant donc la fin de la résistance de la TV linéaire.

Philippe Nouchi, expert chez Publicis Media ajoute d’ailleurs que ce recul est “d’autant plus préoccupant que depuis le printemps 2020, Médiamétrie inclut le hors domicile (bars, transports…) dans ses calculcs, ce qui compte pour une dizaine de minutes supplémentaires en 2021″. Outre certains facteurs liés à la nature du mois : vacances scolaires, moins de sport à la TV, d’autres secteurs reviennent donc grignoter la place de la TV “classique”.

Ici réside un paradoxe : la télévision est allumée plus longtemps, mais les gens la regardent moins. Les Français ont ainsi passé 4h30 par jour devant l’écran du salon durant la période de janvier à novembre 2021, mais près d’une heure de ce temps a été consacré à d’autres usages comme les plateformes de SVOD ou encore les jeux vidéos. L’étude de Médiamétrie montre que la durée de ces autres usages a augmenté de 37% depuis le début de l’année. Hélène Bouchon, responsable des études en France chez IPG Mediabrands, explique que “la télévision est concurrencée sur son mode de réception principal. Et cela risque de continuer : alors qu’il y a eu un effet post-confinement pour la durée d’écoute de la télévision, la SVoD, elle, continue d’être en hausse par rapport à 2020. Les “autres usages” sont avant tout le fait des plus jeunes populations, le public de demain donc.

Source : Les Echos