Internet par satellite : Boeing prêt à lancer sa propre constellation face à Space X

Internet par satellite : Boeing prêt à lancer sa propre constellation face à Space X

Après Starlink lancé par Elon Musk, Boeing vient d’être autorisé à déployer 147 satellites en orbite.

La concurrence se développe même en dehors de notre atmosphère. La Commission Fédérale des Communications (FCC) a en effet accord à Boeing, constructeur aérien renommé, d’envoyer 147 satellites en orbite autour de notre planète.

Le but, pour le géant de l’aérospatial est de lancer une constellation qui permettra “des communications haut débit à haut débit aux consommateurs où qu’ils se trouvent, tout en offrant également les avantages d’une très faible latence grâce aux communications LÉO“.

Les connaisseurs reconnaîtront la proposition faite, puisqu’elle est proche de celle de SpaceX avec son projet Starlink lancé récemment. De nombreuses entreprises se penchent sur l’amélioration de la connexion par satellites, comme Blue Origin ou OneWeb, mais le leader incontesté (mais plus forcément incontestable) en la matière reste SpaceX.

La firme d’Elon Musk possède déjà des centaines de satellites offrant une connexion encore sans équivalent. Boeing avait présenté son projet en 2017, mais avait fait l’objet d’un blocage de la part de SpaceX.

L’idée est de lancer des satellites sur deux orbites différents, dont l’une sur un axe très incliné allant de 27 000 à 44 000 kilomètres au dessus de nos têtes sur laquelle serait . Space X reproche alors à son futur concurrent d’utiliser une bande passante très proches de ses propres appareils, pouvant alors créer des interférences. L’entreprise invite donc Boeing à changer d’antennes pour éviter tout problème.

Le problème : le coût massif que cette opération entraînerait pour Boeing et le retard associé permettrait à Space X de garder sa domination. La demande a finalement été rejetée par la FCC, expliquant que les risques d’interférences doivent obliger les entreprises opérant dans l’espace à coexister.

Source : ArsTechnica via Presse-citron