Insolite: les communications des pompiers brouillées par… un utilisateur devant sa télé !

Insolite: les communications des pompiers brouillées par… un utilisateur devant sa télé !

Une drôle de conclusion pour une enquête de l’ANFR.

Dans une commune d’Occitanie, l’ANFR a du réaliser une enquête bien particulière. En effet, les sapeurs-pompiers de Lodève ont fait face à un cas de brouillage affectant les transmissions radios entre eux. L’ANFR a donc dû mener son enquête.

Tout d’abord, les équipes chargées de déterminer d’où venait le signal ont remarqué un élément rendant le diagnostic complexe : le brouillage intervenait de manière aléatoire. Aucun schéma ne semblait donc se répéter, difficile donc de déterminer la provenance.

Il aura fallu trois interventions à l’ANFR pour régler le problème. Lors de la dernière, ils ont pu identifier le signal qui brouillait les transmissions radios des pompiers. Leur investigation les mènera chez un particulier habitant près de la caserne. Une fois l’accord obtenu, l’ANFR est ensuite entré chez lui pour enfin trouver la source de tous ses soucis : le câble HDMI entre la box et le téléviseur !

Il s’avère que le fait que le brouillage soit aléatoire s’expliquait simplement : celui-ci n’intervenait que lorsque le particulier regardait la TV. Le câble possédait en effet des défauts qui permettait un rayonnement de signaux parasites dans une bande fréquence qui était pourtant réservée au ministère de l’Intérieur !

Si cette situation a été qualifiée d’insolite par l’ANFR, il faut savoir que plus de 25% des brouillages signalés par l’ANFR ont pour origine des signaux parasites émis par un appareil, industriel ou domestique. L’ANFR rappelle donc, dans son compte-rendu d’enquête, d’être vigilant lorsque l’on achète un appareil électronique. Elle rappelle également qu’ “ Un brouillage généré par des problèmes de compatibilité électromagnétique dans le cadre des dispositions contenues au sein du 2.bis de l’article L.39-1 du CPCE est soumis à sanction pénale. Il peut être puni de six mois d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.” . Tout en mesurant cependant cette potentielle sanction : en effet, si le responsable change rapidement son équipement et remédie au brouillage, l’ANFR “se réserve la possibilité de ne pas recourir à une procédure judiciaire”.