Etude : 62 % des français interrogés craignent de rater quelque chose s’ils n’ont pas accès à Internet

Etude : 62 % des français interrogés craignent de rater quelque chose s’ils n’ont pas accès à Internet
 
Tata Communications vient de publier les résultats de son étude internationale intitulée « Connected World II ». Cette étude révèle notamment que les internautes français sont ceux qui passent le moins de temps en ligne, alors qu’ils sont dans le même temps ceux qui semblent le plus attachés à l’outil. Ils sont seulement 15 % de français interrogés dans le cadre de cette étude à utiliser Internet pendant six heures ou plus par jour. Néanmoins, ce sont près des deux tiers (62 %) des français interrogés qui affirment souffrir du syndrome FOMO (« Fear of Missing Out » ou « Crainte de rater quelque chose ») lorsqu’ils n’ont pas accès à Internet. Réalisée auprès de 9 417 internautes du monde entier, l’étude vise à mieux comprendre les modes d’interaction et de connexion des utilisateurs d’Internet. Plus de 1 750 Français ont participé à l’enquête.
 
 
Alors que près d’un tiers des internautes à travers le monde passent six heures ou plus en ligne par jour, il apparaît que la dépendance des Français à la navigation en ligne est nettement moindre. En France, seuls 21 % des 15-35 ans interrogés naviguent 6 heures ou plus par jour sur Internet, alors qu’ils sont 60 % aux États-Unis et 37 % au Royaume-Uni dans cette tranche d’âge. En moyenne, les Français consacrent chaque jour 4,2 heures à Internet, contre 5,1 heures quotidiennes en moyenne au niveau mondial. Seuls les Allemands passent moins de temps en ligne (4,1 heures par jour en moyenne).
 
Quelque 2,5 milliards de personnes sont connectées à l’Internet aujourd’hui, soit près d’un tiers de la population mondiale. A l’horizon 2020, le nombre d’appareils connectés utilisés dans le monde devrait atteindre le chiffre impressionnant de 26 milliards. Au regard de ces chiffres et étant donné le nombre considérable d’internautes se connectant chaque jour, il peut paraître étonnant que nous en sachions encore si peu sur le fonctionnement d’Internet. Seule la moitié des personnes interrogées au niveau mondial a été en mesure de dire où se situe précisément le cœur d’Internet (dans des centres de données reliés par le réseau), et 82 % d’entre elles ignoraient que les câbles sous-marins constituent le mode d’acheminement le plus rapide des données Internet jusqu’à leur terminal. La majorité des sondés (64 %) croient, à tort, que la capacité d’Internet est infinie, tandis que 70 % déclarent qu’Internet appartient « à tout le monde », ce qui est faux.
 
67 % des personnes interrogées en France ne savent pas qu’Internet trouve son cœur dans les centres de données. Ce pourcentage est le plus élevé de tous les pays sondés : seuls 50% des Anglais, 47 % des Américains, 46 % des Allemands et 40 % des Indiens n’ont pas été en mesure de donner la bonne réponse.
 
Malgré tout, les Français sondés ont été prompts à reconnaître les avantages que procure Internet : 76 % des personnes ayant participé à l’étude citent comme principal avantage, à l’heure actuelle, la possibilité de se connecter instantanément partout dans le monde, quand un quart des répondants estiment que le plus grand atout d’Internet serait, à l’avenir, de nous offrir une connectivité à très grande vitesse.
 
Autres faits marquants en France :
 
•    En moyenne, les français estiment pouvoir survivre 9,9 heures sans accès à Internet, arrivant ainsi en seconde position du classement, après les Allemands, qui seraient quant à eux capables de patienter jusqu’à 10,7 heures
 
•    32% des Français renonceraient à la télévision pour avoir accès à Internet, et 27 % troqueraient un verre de vin contre une connexion Internet
 
•    À la question « Internet et le World Wide Web sont-ils un seul et même système ? », 59 % des Français répondent à tort par l’affirmative. Par ailleurs, 92 % déclarent ne pas être en mesure de nommer le mode d’acheminement Internet le plus rapide.
 
•    57% pensent, à tort, qu’Internet a une capacité illimitée, et 71 % affirment, également à tort, qu’Internet appartient à tout le monde. Les répondants de Singapour et d’Inde sont peut-être les mieux informés concernant le rôle de l’État en matière d’Internet, avec 21 % des personnes interrogées ayant répondu qu’Internet est la propriété de chaque pays.