Apres un numéro d’enquête exclusive, M6 interdite de se rendre en Algérie, la chaîne nie les accusations

Apres un numéro d’enquête exclusive, M6 interdite de se rendre en Algérie, la chaîne nie les accusations

Le numéro d’enquête exclusive intitulé “L’Algérie, le pays de toutes les révoltes” a été jugé “biaisé” par les autorités algériennes.

Diffusé dimanche soir dernier, le magazine animé par Bernard de La Villardière était consacré à l’Algérie et plus précisément le Hirak, le mouvement populaire de contestation du pouvoir présent depuis février 2019. Dès le lundi 21 septembre, le ministère algérien de la Communication a indiqué que M6 n’est plus autorisée à opérer “sous quelque forme que ce soit”. Le documentaire est accusé de “porter un regard biaisé sur le Hirak” par le pouvoir algérien qui accuse également la chaîne privée française d’avoir utilisé une “fausse autorisation de tournage”.En effet, début mars l’équipe de tournage avait fait une demande d’accréditation de presse pour le tournage d’un documentaire. Demande qui avait reçu une réponse négative. Les autorités algériennes souhaitent désormais lancer des poursuites à l’encontre des auteurs du film pour “faux en écriture authentique ou publique”.

Lors des premières minutes du documentaire, une voix off fait part des complications rencontrées : “Entre politique sécuritaire et volonté de tout contrôler, l’Algérie est aujourd’hui l’un des pays les plus fermés du bassin méditerranéen. Les journalistes étrangers obtiennent rarement un visa. Pour y poser nos caméras, nous avons dû faire appel à plusieurs équipes locales et nous avons tourné malgré les difficultés et les pressions”.

Suite à l’ensemble de ces accusations, M6 a nié la totalité des accusations contre elle. Dans un communiqué publié cette après-midi, la chaîne confirme avoir reçu les accréditations nécessaires pour réaliser ce documentaire en Algérie. “Cette autorisation a été accordée par le ministère de la Culture algérien le 21 mai 2018 et prorogée à quatre reprises jusqu’en 2019”, précise M6. La chaîne privée française insiste sur le fait que “l’équipe de tournage a été contrôlée à plusieurs reprises par les autorités algériennes et laissée libre de continuer son travail après avoir présenté ces autorisations”. M6 appel les autorités algériennes à “revenir sur leur position de boycott afin de poursuivre de façon objective et sans aucune polémique sa mission d’information”.

 

Source : Puremedias